Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Situation sécuritaire au Mali

Assassinat d’un haut responsable touareg à Tombouctou

“Un haut responsable militaire de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion), Saloum Ould Becki, a été assassiné dans la soirée de dimanche à lundi à Tombouctou”, a déclaré la CMA dans un communiqué rendu public hier matin. La victime était chef de mission au sein du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) qui a été mis en place dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger. “Le commandant Saloum Ould Becki fut lâchement assassiné par des hommes armés non identifiés qui se trouvaient à bord d'un véhicule pick-up, ce jour 9 septembre 2018 aux environ de 21 h dans le quartier de Hamabangou”, lit-on dans le communiqué diffusé par la CMA sur les réseaux sociaux.
Ce nouvel assassinat d’un haut cadre de la CMA risque de provoquer des remous à Tombouctou et dans les autres régions du nord du pays, où la présence des groupes terroristes et de bandits ajoute à la confusion totale quant aux responsables de ce genre d’attaques ciblées. En l’absence de revendication, pour le moment, il est difficile de situer les responsabilités, même si le mode opératoire est celui des mouvements terroristes qui ont multiplié les attaques ciblées dans le nord du pays depuis plusieurs mois. “On ignore encore l’identité des auteurs de cet acte, même l’on sait que depuis son installation, en mai dernier, le MOC est dans le collimateur des djihadistes, notamment ceux évoluant dans le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (JNIM). Ces derniers ont d'ailleurs plusieurs fois envoyé des messages appelant la population à s’en éloigner au risque d’être prise pour cible”, estiment les médias maliens. “C'est un commando de terroristes qui a assassiné Saloum Ould Becki (...)  Son corps a été retrouvé dans sa voiture”, a confirmé une source sécuritaire à l’AFP. Mais ce qui est inquiétant, c’est cette facilité avec laquelle les terroristes s’infiltrent et agissent au cœur même des grandes villes du Nord, malgré une présence notable des forces armées maliennes, des soldats onusiens de la Minusma et de membres de l’opération française Barkhane, sans oublier le déploiement depuis quelques semaines des soldats de la Force transnationale du G5-Sahel, composée de 5 000 soldats issus des 5 pays du Sahel.

L. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER