Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

À la veille de la commémoration du 70e anniversaire de la Nakba

Bain de sang à Gaza et à El-Qods

Des Palestiniens évacuant des blessés. ©D. R.

Des dizaines de Palestiniens tués à Gaza et à El-Qods occupée

Ces nouvelles violences meurtrières interviennent le jour même de l’ouverture du nouveau siège de l’ambassade américaine que Donald Trump a transféré à El-Qods occupée qu’il reconnaît comme capitale d’Israël aussi, en violation des conventions internationales.

Plus d’une cinquantaine de Palestiniens, dont 12 enfants, ont été froidement tués hier et plus de deux mille autres ont été blessés par les soldats de l’occupant israélien à Gaza, lors d’une manifestation devant plusieurs points frontaliers avec Israël, ont indiqué des sources médicales et officielles aux médias locaux et aux agences de presse. Le bilan risque de s’alourdir dans les heures et jours à venir, car au moins 27 autres blessés sont dans un état très grave, alors que 122 enfants, 44 femmes et des dizaines d’hommes ont été victimes d’asphyxie au gaz lacrymogène, a précisé l’agence de presse palestinienne Wafa. En fin de journée, le ministère palestinien de la santé a évoqué le bilan de 52 morts et de 2 410 blessés. Parmi les blessés, on évoque aussi des journalistes et des équipes médicales venus secourir les manifestants blessés. L’armée sioniste a mené aussi des raids aériens contre plusieurs zones de l’enclave de Gaza, sous blocus israélien depuis 2007. À El-Qods occupée, plus d’une trentaine de Palestiniens ont été blessés par les forces de sécurité israéliennes lors d’une autre manifestation contre le transfert de l’ambassade américaine dans la Ville sainte et à la veille de la commémoration du 70e anniversaire de la Nakba, une date qui marque le début de l’exil forcé des Palestiniens de leur terre par l’occupant israélien. En effet, ces nouvelles violences meurtrières interviennent le jour même de l’ouverture du nouveau siège de l’ambassade américaine que Donald Trump a transféré à El-Qods occupée qu’il reconnaît comme capitale d’Israël aussi, en violation des conventions internationales. Réagissant à ce nouveau massacre, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit, hier après-midi, “particulièrement inquiet” de la situation en Palestine. “Nous voyons une multiplication des conflits, les vieux conflits semblent ne jamais mourir. Je suis particulièrement inquiet aujourd'hui au vu des nouvelles de ce qui se passe à Gaza, avec un nombre élevé de personnes tuées”, a déclaré M. Guterres à la presse à Vienne. Amnesty International a dénoncé aussi ce qu’elle qualifie de “violation abjecte” des droits de l'Homme et de “crimes de guerre”, a rapporté l’APS. Dans une déclaration écrite, le Comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale “exhorte”, lui aussi, l'occupant israélien à “mettre immédiatement fin à l'usage disproportionné de la force contre les manifestants palestiniens, à s'abstenir de tout acte qui pourrait faire de nouvelles victimes et à garantir que les blessés palestiniens aient un accès rapide et sans entrave aux soins médicaux”. Amnesty International s’est élevé contre ces violences qui confirment l’impunité d’Israël qui bénéficie du soutien inconditionnel des États-Unis. “Nous assistons à une violation abjecte du droit international et des droits de l'Homme à Gaza”, a dénoncé cette ONG basée à Londres sur Twitter. La Russie a, également, réagi via le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qui a déclaré, hier, que l'ouverture de l'ambassade américaine à El-Qods pourrait aboutir à l'augmentation des tensions dans la région. “Oui, nous avons de telles préoccupations, nous en avons parlé plus tôt”, a répondu M. Peskov aux journalistes lors d’un point de presse à Moscou. “Des dizaines de Palestiniens, dont des enfants, ont été tués et des centaines d’autres blessés par des tirs israéliens durant les manifestations massives en cours près de la barrière de Gaza. Nous demandons à toutes les parties d'agir avec la plus grande retenue afin d'éviter des pertes de vie supplémentaires”, a, pour sa part, affirmé la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué. “Alors que les tensions sur le terrain sont vives (...) la France appelle l'ensemble des acteurs à faire preuve de responsabilité afin de prévenir un nouvel embrasement”, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, a rapporté l’AFP. Dans une déclaration à Londres, le président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé la décision américaine et a réaffirmé que les États-Unis “ont perdu leur rôle de médiateur” au Proche-Orient après leur décision de délocaliser leur ambassade à El-Qods occupée, ont rapporté des médias.

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER