Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Plus de 183 morts dans une série d’attaques terroristes

Bain de sang de Daech dans le sud de la Syrie

L’attentat de Daesh a été meurtier faisant plus de 183 morts. © D.R.

Décapitée en Irak et quasiment vaincue en Syrie, la nébuleuse terroriste islamiste s’attaque aux civils dans ce qui semblerait être une tentative de desserrer l’étau autour d’elle pour permettre à ses membres de fuir le territoire syrien.

Le groupe terroriste autoproclamé État islamique (Daech) a commis, hier, un carnage dans le sud de la Syrie, tuant au moins 183 personnes dans une série d’attaques coordonnées, ont indiqué les autorités syriennes et d’autres sources. Le bilan risque de s’alourdir dans les heures et les jours à venir en raison du nombre important de blessés graves, ont rapporté les mêmes sources.
Ces attaques, revendiquées par Daech à travers son agence de propagande Amaq, ont visé la ville de Soueidaa, sous contrôle total des autorités syriennes, à une heure où les gens se rendaient à leurs occupations quotidiennes, selon l’agence de presse officielle Sana. Des dizaines de personnes ont été blessées par au moins quatre kamikazes qui se sont fait exploser au milieu d’un marché de la ville, très fréquenté dans la matinée. “Un certain nombre de civils sont tombés en martyr et d’autres ont été blessés dans un attentat-suicide terroriste dans la ville de Soueidaa”, lit-on sur le site de Sana. “Un kamikaze terroriste s’est fait exploser dans la zone du souk à Soueidaa, faisant des martyrs et des blessés parmi les civils”, a rapporté encore Sana.
Des vidéos circulent sur les réseaux sociaux et des chaînes de télévision satellitaires montrent l’ampleur du drame qui, encore une fois, a pris pour cible des civils désarmés. Parallèlement, d’autres membres de Daech se sont attaqués à des positions des forces de sécurité gouvernementales, mais leurs attaques ont été rapidement repoussées, les obligeant à battre en retraite, selon des sources concordantes. “Quatre kamikazes ont fait détoner leurs ceintures explosives dans la ville de Soueidaa”, chef-lieu de la province du même nom, a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. “D'autres kamikazes ont mené des attaques dans des villages du nord-est de la province avant que les jihadistes ne les prennent d'assaut”, a-t-il ajouté, réussissant à s’emparer, pendant quelque temps, de trois villages. Des sources sécuritaires affirment que deux kamikazes ont pu être éliminés avant d’actionner leur ceinture d’explosifs, a rapporté l’agence Sana. Aussitôt, les forces gouvernementales ont lancé une contre-offensive à la recherche des terroristes qui auraient pu faire d’autres victimes dans ces attaques qui ont fait un des bilans les plus lourds depuis le début de la guerre en Syrie en 2011 et l’apparition de Daech en mai 2014.
Dans les villages, “les jihadistes ont (...) tué des habitants dans leur maison”, a poursuivi le directeur de l’OSDH. “Certaines personnes ayant fui l'assaut (de l'EI) sont revenues dans les villages repris (par le régime) et ont trouvé des habitants tués chez eux”, a précisé, en fin d'après-midi M. Abdel Rahmane, cité par les agences de presse.


Lyès Menacer  
 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER