Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Son auteur avait des contacts avec des radicalisés

Belgique : l'attaque de Liège qualifiée “d'assassinat terroriste”

La justice belge a retenu la qualification “d'assassinat terroriste et de tentative d'assassinat terroriste” pour l'attaque qui a fait trois morts mardi à Liège (est de la Belgique), dont deux policières, avant que son auteur ne soit abattu, a annoncé hier le parquet fédéral. “Les faits sont qualifiés d'assassinat terroriste et de tentative d'assassinat terroriste”, a déclaré devant la presse une porte-parole du parquet, Wenke Roggen, car “les premiers éléments de l'enquête indiquent qu'il pourrait s'agir d’un attentat terroriste”. “Parmi ces premiers éléments figure le modus operandi auquel l'EI appelle régulièrement sur internet”, a poursuivi la porte-parole, rappelant que le jeune homme de 31 ans, présenté comme “Benjamin H.”, avait attaqué deux policières avec un couteau avant de les tuer avec leurs armes de service qu'il avait dérobées. Le parquet a également souligné que “l'auteur avait crié plusieurs fois Allah Akbar lors des faits” et qu'il était “en contact avec des personnes radicalisées”. Ces informations sur ces liens, venant de la police fédérale de Liège et de la Sûreté de l'État, “datent de 2016 et 2017, mais n'ont pas été confirmées depuis lors”, a ajouté la porte-parole. “L’enquête se concentre actuellement sur la question de savoir si l'assaillant a agi seul”, a indiqué Mme Roggen. Le parquet fédéral a par ailleurs confirmé que l'homme était aussi “suspect d'un meurtre commis dans la nuit précédant la tuerie, à On, près de Marche-en-Famenne”, faisant l'objet d'une enquête distincte. Benjamin H., qui a été abattu par la police après avoir tué deux policières et un passant, était détenu à la prison de Marche-en-Famenne, ville située à une cinquantaine de kilomètres au sud de Liège.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER