Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Alors que le Japon suspend ses exercices d’évacuation

Corées : reprise en août des réunions de familles séparées

Le président sud-coréen Moon Jae-in (à gauche) et le leader nord-coréen Kim Jong-un. ©D. R.

Un tel programme de réunions familiales avait véritablement commencé après un sommet historique intercoréen en 2000.

Pyongyang et Séoul ont convenu hier de la reprise en août prochain des réunions de familles séparées par la guerre de Corée, les premières retrouvailles de ce type depuis 2015, selon un communiqué commun intercoréen publié par le ministère sud-coréen pour l'unification. Les retrouvailles auront lieu du 20 au 26 août au mont Kumgang, en Corée du Nord, selon ce communiqué, dernière illustration en date de la détente sur la péninsule. Des millions de personnes avaient été séparées voici près de 70 ans par le conflit coréen (1950-1953) qui avait scellé la division de la péninsule. La plupart d'entre elles sont mortes sans avoir eu de nouvelles ou avoir revu leurs proches de l'autre côté de la frontière, fermée à toutes communications pour la population. La reprise de ces réunions de familles fait partie des accords conclus lors de la rencontre déterminante, survenue en avril dernier, des présidents nord-coréen Kim Jong-un et sud-coréen Moon Jae-in. “Cent participants seront sélectionnés pour chaque côté”, indique le communiqué conjoint intercoréen. Les inspections sur le site prévu pour ces réunions sur le mont Kumgang débuteront la semaine prochaine, selon la même source. Seulement quelque 57 000 personnes enregistrées auprès de la Croix-Rouge sud-coréenne pour rencontrer leurs proches sont toujours en vie, et la plupart d'entre elles sont âgées de plus de 70 ans. Pour les heureux élus, de telles retrouvailles constituent des moments à forte charge émotionnelle. Elles durent 3 jours après des décennies de séparation et se terminent par un autre adieu pouvant cette fois-ci être définitif. Ces retrouvailles se déroulaient initialement tous les ans, avant que les crispations à la frontière entre les deux Corées ne les rendent rares. Par ailleurs, sur le plan régional, le Japon a décidé de suspendre ses exercices d'évacuation, a annoncé hier le porte-parole du gouvernement japonais. La décision intervient après la rencontre, le 12 juin, du président américain Donald Trump et du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. “Suite aux avancées réalisées à l'occasion du sommet États-Unis – Corée du Nord, nous allons interrompre pour le moment les exercices impliquant des habitants”, a déclaré Yoshihide Suga aux journalistes. L'an dernier, Pyongyang a tiré deux missiles qui ont survolé l'archipel nippon et en a fait tomber plusieurs en mer au large du pays. Cette année, des centaines d'habitants de Tokyo ont cherché refuge au cours du premier exercice de ce type dans la capitale nippone. Le Japon était le colonisateur de la péninsule coréenne de 1910 à la reddition japonaise à la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945. La diplomatie a cependant pris le dessus à la faveur des Jeux olympiques d'hiver.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER