Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Alors que Washington refuse toute médiation

Crise avec Riyad : Ottawa sollicite Berlin et Stockholm

Le Canada a discrètement cherché conseil et soutien auprès de certains de ses alliés, dont l'Allemagne et la Suède, pour tenter de résoudre la crise sans précédent dans ses relations avec l'Arabie saoudite, a indiqué jeudi à l'AFP une source gouvernementale.
Selon un haut responsable gouvernemental ayant requis l'anonymat, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a échangé avec ses homologues allemand et suédois. L'Allemagne et la Suède ont aussi subi ces dernières années les foudres de l'Arabie saoudite pour avoir critiqué son bilan en matière de droits de l'homme. Mme Freeland a cherché à savoir comment ces pays étaient parvenus à régler leurs différends et leur a aussi demandé leur soutien, a ajouté le haut responsable. Ottawa prévoit également de contacter les Emirats arabes unis et le Royaume-Uni, qui entretiennent de solides liens historiques avec Riyad. Le royaume saoudien avait créé la surprise lundi en annonçant l'expulsion de l'ambassadeur du Canada, en rappelant son ambassadeur et en gelant tout nouveau commerce ou investissement avec ce pays après la dénonciation par Ottawa de l'arrestation de militants saoudiens des droits de l'homme.
Le Premier ministre Justin Trudeau a refusé mercredi de présenter des excuses à l'Arabie saoudite : “Les Canadiens attendent de notre gouvernement qu'il parle fermement, clairement et poliment de la nécessité de respecter les droits humains, au Canada et dans le monde, c'est ce que nous allons continuer à faire.” M. Trudeau a souligné que
Mme Freeland avait eu “une longue discussion” mardi avec son homologue saoudien Adel al-Jubeir pour tenter de résoudre la crise. “Les discussions avec l'Arabie saoudite se poursuivent”, a-t-il dit. Le royaume saoudien a cependant encore haussé le ton mercredi excluant toute possibilité de médiation et envisageant même de nouvelles sanctions contre Ottawa.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER