Scroll To Top
FLASH
  • 1 133 nouveaux cas de coronavirus et 19 décès enregistrés en Algérie durant les dernières 24h

A la une / International

Après plusieurs semaines d’offensive arabo-kurde

Daech perd son dernier territoire en Syrie

Mustefa Bali, porte-parole des Forces démocratiques syriennes. © D. R.

Quelques heures après l’annonce de la victoire contre Daech, les chefs de la coalition arabo-kurdes ont appelé le président Bachar al-Assad au dialogue.

La coalition arabo-kurde a signé hier la fin de l’organisation terroriste autoproclamée État islamique (Ei/Daech), en Syrie, à l’issue de plusieurs semaines de combat dans le village de Baghouz. “Les FDS annoncent la totale élimination du soi-disant califat et une défaite territoriale à 100% de l'EI”, a déclaré un porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), Mustefa Bali dans un communiqué. Les combats, selon lui, ont été très violents face aux derniers irréductibles de l'EI qui étaient au final acculés dans une petite bande de territoire au bord du fleuve Euphrate, dans la province de Deir Ezzor.
Appuyés par la “coalition internationale antijihadiste”, sous commandement américain, les combattants du FDS ont mené une lutte acharnée contre les groupes terroristes à Daech depuis 6 mois.
Avec cette victoire, Daech perd la totalité du territoire qu’il avait conquis depuis 2014, en Irak et Syrie. Hier, leur combat a abouti, mais au prix de nombreux morts dans leurs rangs et parmi les civils, dont certains sont morts dans les raids de la coalition internationale. Plus de 750 combattants des FDS ont péri en 6 mois de combats et presque le double de terroristes, selon l'Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Plus de 630 civils dont environ 200 enfants ont été tués en 6 mois dans la bataille livrée aux terroristes du groupe État islamique dans l'est de la Syrie, a indiqué encore hier l’OSDH, selon l’AFP.
Parmi les civils morts -des Syriens mais aussi des membres des familles de terroristes- figurent 209 enfants et 157 femmes, selon toujours l'organisation basée en Grande-Bretagne. Quelques heures après l’annonce de cette victoire, les chefs de la coalition arabo-kurde ont appelé le gouvernement syrien au dialogue, dans la perspective de la concrétisation d’un plan d’autonomie du territoire kurde, une idée à laquelle s’oppose fermement la Turquie, déterminée à empêcher la création de toute entité kurde à sa frontière. “Nous appelons le gouvernement central à Damas à choisir le processus du dialogue”, a déclaré lors d'une cérémonie dans l'est de la Syrie, Mazloum Kobane, le commandant en chef des FDS. À l’éclatement de la crise politico-armée en Syrie, les Kurdes étaient restés à l’écart, se contentant de protéger leur fief contre une éventuelle implantation des groupes terroristes. Mais les évènements se sont accélérés ces quatre dernières années, plaçant les Kurdes face à la menace terroristes et à l’agression turque qui soutient aussi certains groupes dits rebelles et même des factions terroristes.

Nouvelle phase de combat
À l’annonce de la victoire contre Daech, de nombreuses réactions à Damas et à l’international ont fusé pour se féliciter de la fin de l’autoproclamé État islamique, dont la capacité de nuisance demeure même s’il a perdu son territoire. Car, Daech a opéré sa mutation et dispose aussi de branches indépendantes dans plusieurs pays, comme la Libye et l’Égypte, où encore les pays du Sahel, où il est en concurrence avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). “Nous annonçons à l'opinion publique mondiale le début d'une nouvelle phase dans le combat contre les terroristes”, a affirmé M. Kobane, lors du point de presse conjoint qu’il a organisé avec l'envoyé américain de la coalition internationale anti-EI dirigée par les États-Unis, William Roebuck, sur le champ pétrolier d'Al-Omar, a rapporté l’AFP.  “Cette étape cruciale de la lutte contre l'EI constitue un coup stratégique (...) et souligne l'indéfectible engagement de nos partenaires locaux et de la coalition internationale pour défaire l'EI”, a affirmé de son côté M. Roebuck. “Nous avons fini de défaire l'EI sur le plan territorial en Syrie et en Irak, mais nous avons encore du travail pour obtenir une défaite durable de l'EI”, a ajouté M. Roebuck. “La campagne n'est pas finie. L'EI (...) demeure une menace significative”, a-t-il insisté, soulignant que les “États-Unis continueraient de soutenir les opérations de la coalition en Syrie pour garantir (...) cette défaite durable”.


Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER