Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Transition en Syrie

Damas dit non au départ d’Al-Assad

La délégation syrienne va finalement se rendre à Genève (Suisse) pour participer au 8e round des négociations pour une sortie de crise en Syrie, sous l’égide de l’ONU, mais sous conditions, ont rapporté hier les médias. Les discussions avec l’opposition syrienne ont déjà commencé hier avec l’envoyé spécial de l’ONU, Staffan de Mistura. Les représentants du régime syrien arrivent aujourd’hui à Genève, après avoir menacé de boycotter le processus de discussions, en protestation contre le communiqué de l’opposition, publié mercredi dernier à Riyad, dans lequel elle a exigé l’exclusion du président Bachar al-Assad du processus de transition. “La délégation gouvernementale va venir mercredi à Genève pour exprimer sa position concernant les pourparlers”, a déclaré un haut responsable syrien à l'AFP. M. De Mistura “a promis à la délégation qu'il n'y aurait pas de rencontre en direct avec l'opposition, ni aucune discussion sur la déclaration de Riyad, et que les conditions mentionnées dans cette déclaration (...) n'ont rien à voir avec le processus de Genève”, a-t-il ajouté. Lors d'un rassemblement de toutes les composantes de l'opposition à Riyad la semaine dernière, il a été décidé d'envoyer pour la première fois une seule et unique délégation à Genève pour négocier avec le régime. Mais le communiqué final a de nouveau réclamé le départ du président Al-Assad, une demande inacceptable pour Damas. À peine arrivé à Genève, le chef de la délégation de l'opposition, Nasr Hariri, a remis de l'huile sur le feu en réaffirmant qu'il s'agissait d'une condition avant toute transition vers des élections. Par ailleurs, la Syrie a accepté de mettre en place un cessez-le-feu dans la Ghouta orientale, région rebelle proche de Damas où un accord de “désescalade” avait déjà été instauré, a rapporté mardi l'envoyé spécial de l'ONU, Staffan de Mistura. “Je viens d'être informé par les Russes que lors de la réunion du P5”, qui a rassemblé mardi à Genève des représentants des membres permanents du Conseil de sécurité, “la Russie a proposé – et le gouvernement a accepté – un cessez-le-feu dans la Ghouta orientale”, a déclaré le diplomate aux médias, à l'issue d'une rencontre avec la délégation de l'opposition syrienne.


L. M./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER