Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Accusations occidentales d’attaques chimiques à Douma

Damas favorable à la venue d’experts indépendants en Syrie

Nouveau rebondissement hier dans le bras de fer opposant les États-Unis et leurs alliés à la Russie sur l’attaque chimique présumée contre les rebelles syriens à Douma, avec l’annonce par Moscou d’un projet de résolution, concurrent de celui des États-Unis, pour exiger “une enquête” impliquant l’Organisation internationale sur les armes chimiques (OIAC). Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, a indiqué que Moscou souhaiterait que “les experts indépendants de l’OIAC” participent à cette enquête. Pour que “les enquêteurs de l’OIAC remplissent leurs obligations”, ils doivent “nécessairement se rendre sur place”, a-t-il poursuivi. Il a assuré que les forces russes en Syrie et le régime syrien sont en mesure de garantir la sécurité des inspecteurs de l’OIAC. Cette annonce a été suivie par l’appel du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à une enquête “impartiale” donnant un accès sans entrave aux enquêteurs internationaux. De son côté, le représentant permanent russe à l’ONU, Vassily Nebenzya, a estimé que la présumée attaque chimique dans la ville syrienne de Douma “est fabriquée”. Selon l’agence de presse syrienne SANA, qui a rapporté hier l’information, le diplomate russe a affirmé que les États-Unis avaient “entraîné des personnes pour désinformer la réalité sur l’usage d’armes chimiques en Syrie”. Ceci étant, l’ONU ne dispose plus d’organisme d’enquête dédié aux attaques chimiques en Syrie depuis la disparition fin 2017 du JIM, un groupe ONU-OIAC, dont le mandat n’a pas été renouvelé en raison de plusieurs veto russes. Rappelons que le président américain Donald Trump a fait planer lundi la menace d’une riposte militaire contre le régime syrien après cette attaque qui a fait au moins 40 morts, selon les Casques blancs, des sauveteurs syriens en zone rebelle, et une ONG américaine. Par ailleurs, la Chine s’est dite hier opposée à toute riposte militaire “impulsive” en Syrie.


Merzak Tigrine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER