Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

À la veille d’un mini-sommet européen à Bruxelles

Des centaines de migrants secourus en Méditerranée

Des migrants entassé sur une embarcation. ©D. R.

Selon l’ONU, plus de 1 000 personnes ont péri en Méditerranée depuis janvier, dont 220 la semaine dernière. Le bilan n’est pas définitif et risque de s’alourdir avec les départs massifs vers l’Europe durant l’été.

Au moins 418 migrants ont été secourus hier matin au cours de trois opérations menées au large des côtes espagnoles, alors que cinq autres ont péri près des côtes libyennes, selon plusieurs sources. Entassées à bord de 15 embarcations, 262 personnes ont été prises en charge dans le détroit de Gibraltar et débarquées dans les ports de Tarifa et de Barbate, en Andalousie. 27 autres ont été secourues en Méditerranée entre le sud de l'Espagne et le nord du Maroc et 129 au large de l'île de Grande Canarie, dans l'océan Atlantique, a annoncé sur son compte Twitter l’organisme public Salvamento maritimo. Par ailleurs, 5 migrants africains sont morts et près de 200 secourus au large de la Libye alors qu’ils tentaient de traverser la Méditerranée pour atteindre l'Europe, a indiqué hier la marine libyenne. Lors d’une première opération vendredi, 94 migrants dont 3 enfants et 9 femmes ont été secourus à 12 milles marins au large de Garabulli, à l’est de la capitale libyenne Tripoli, après le naufrage de leur canot pneumatique. Au total, depuis mercredi 900 migrants et réfugiés ont été secourus par la marine libyenne. En raison d’une météo clémente, les départs depuis les côtes libyennes, proches de celles de l’Italie, se sont multipliés ces dernières semaines.
Devant ce flux massif, plusieurs pays européens se réunissent aujourd’hui dans le cadre d’un mini-sommet programmé en urgence, à la veille d’un autre sommet déjà programmé depuis des semaines pour le 28 et 29 juin. C’est dire la gravité de la situation, qui nécessite des solutions urgentes, notamment sur la question de l'accueil des migrants. Ce point, qui divise profondément les Européens, sera donc au centre de ce mini-sommet de crise à Bruxelles, dont l’objectif est de préparer le Sommet de Bruxelles des 28 et 29 juin. Celui-ci sera largement consacré à l’immigration, même s’il sera boycotté par les pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie), partisans d’une ligne dure sur l’immigration. L’Italie, qui était tentée par un boycott de ce mini-sommet, a finalement confirmé sa participation et compte faire entendre sa voix, selon le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini. Selon Rome, le texte préparé par Paris et Berlin aborde insuffisamment la question de la protection des frontières européennes pour se concentrer sur le redéploiement des migrants dès lors qu’ils sont déjà arrivés en Europe. L’Espagne, dont le nouveau Premier ministre Pedro Sanchez a pris l'initiative d’accueillir l'Aquarius, participera elle aussi au sommet. Il y a lieu de noter que si le nombre de migrants tentant de franchir la Méditerranée a été divisé par deux depuis le début de l’année par rapport à la même période l’an passé, il a triplé pour ce qui concerne l’Espagne, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Merzak Tigrine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER