Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Attentat contre Maduro

Des députés vénézuéliens dans le collimateur

L'Assemblée constituante vénézuélienne a entamé hier un processus visant à traduire en justice des députés de l'opposition accusés d'être impliqués dans l'attaque aux drones survenue samedi à Caracas lors de la cérémonie de commémoration du 81e anniversaire de la Garde nationale bolivarienne du Venezuela, a annoncé hier Caracas. Le président de l'Assemblée constituante, Diosdado Cabello, a convoqué une session qui avait pour unique ordre du jour la “suppression de l'immunité parlementaire des députés impliqués dans cette attaque”. Simultanément, le président Nicolas Maduro a impliqué l'opposant Julio Borges, ancien président du Parlement, actuellement en exil, dans l'attentat aux drones chargés d'explosif dont il dit avoir été la cible. Julio Borges est l'une des figures les plus connues de l'opposition vénézuélienne. Le président Maduro a accusé M. Borges et un député de l'opposition, Juan Requesens, d'être impliqués dans cet attentat lors d'une longue allocution diffusée sur la radio et la télévision officielles. La formation d'opposition à laquelle M. Requesens appartient, Primero Justicia, a annoncé que ce député et sa sœur avaient été arrêtés mardi par le service vénézuélien du renseignement. En outre le Parlement vénézuélien, seule institution tenue par l'opposition, a réclamé mardi l'ouverture d'une enquête impartiale sur les explosions de drones survenues samedi à Caracas à proximité de la tribune présidentielle lors d'une parade militaire. Dans une déclaration lue dans l'hémicycle, le Parlement a appelé à “une enquête sérieuse, objective, impartiale et concluante qui fournirait des informations précises sur ces faits” que le gouvernement socialiste vénézuélien a qualifiés “d'attentat” contre son leader.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER