Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Violences contre les Rohingyas musulmans en Birmanie

Des milliers de manifestants dans la rue au Bangladesh

Au moins 20 000 manifestants ont marché hier dans la capitale du Bangladesh vers l'ambassade de Birmanie pour protester contre les violences envers les musulmans rohingyas, à l'origine d'une grave crise humanitaire, ont rapporté des médias, alors que cette crise sera à l’ordre du jour de l’ouverture de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, prévue  aujourd’hui. Les manifestants se sont rassemblés hier matin près de la grande mosquée de Dacca avant de se diriger vers l'ambassade birmane pour “l'assiéger”. “Jusqu'ici, plus de 20 000 personnes ont rejoint la manifestation”, a déclaré Mahmudul Haq, chef de la police locale. Plus de 410 000 musulmans rohingyas sont passés au Bangladesh depuis le 25 août pour échapper à une campagne de violence menée par l'armée birmane contre eux. La vague de violence visant les citoyens birmans de confession musulmane a suscité la condamnation de la communauté internationale, qui a dénoncé “des actes brutaux systématiques de la part de l'armée birmane à l'encontre des Rohingyas”. Cette manifestation intervient à la veille de l’ouverture de la 72e session de l’Assemblée générale de l’ONU, prévue aujourd’hui. C’est l’occasion d’ailleurs pour l’ONG Human Rights Watch (HRW) d’appeler la communauté internationale à agir fermement contre les violences des autorités birmanes contre cette minorité. HRW a ainsi appelé les Nations unies à imposer des sanctions ciblées et un embargo sur les armes. “Les commandants militaires birmans sont davantage susceptibles de répondre aux appels de la communauté internationale s'il y a des conséquences économiques réelles”, a commenté John Sifton de HRW. L'ONU dénonce déjà une “épuration ethnique” menée par la Birmanie, dont l'armée mène depuis plus de trois semaines une opération de représailles ayant fait fuir en masse les civils, après des attaques de rebelles rohingyas le 25 août.                               

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER