Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Guerre commerciale entre les États-Unis et plusieurs pays

Donald Trump menace de se retirer de l’OMC

Le président américain Donald Trump a menacé de retirer les États-Unis de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en cas d'absence de progrès dans les réformes. Ses propos, tenus jeudi dans une interview à l'agence Bloomberg News, sont les derniers d'une série de critiques adressées aux institutions internationales, que les États-Unis ont contribué à mettre sur pied après la Seconde Guerre mondiale. “S'ils ne font pas de progrès, je me retirerai de l'OMC”, a averti Trump en qualifiant l'accord portant création de l'organisation “du pire accord commercial jamais conclu”. Donald Trump, qui s'en était déjà pris dans le passé aux organes de règlement des différends de l'OMC les accusant d'être défavorables aux États-Unis, a souligné que Washington avait “rarement gagné un recours” auprès de cette organisation bien que les choses aient commencé à changer l'an dernier. “Au cours de l'année dernière, nous avons commencé à gagner beaucoup”, a-t-il dit. “Vous savez pourquoi ? Parce qu'ils savaient que si nous ne gagnions pas, je me retirerai”, a-t-il poursuivi. La Chine, engagée dans une guerre commerciale avec les États-Unis, a rejoint l'OMC en 2001, une adhésion qualifiée d’erreur par le  représentant américain au Commerce Robert Lighthizer. La menace de Trump intervient alors que son Administration fait face à des pressions au sein de l'OMC de la part de ses partenaires commerciaux qui ont saisi l'organisation pour contester les nouveaux droits de douane imposés par Washington sur leurs importations. Par ailleurs, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a affirmé hier que l'Union européenne riposterait à d'éventuelles taxes automobiles américaines, alors que le cessez-le-feu commercial conclu en juillet entre Washington et Bruxelles semble à nouveau menacé. Si le président américain Donald Trump renforce les droits de douane contre les importations d'automobiles européennes, comme il a menacé de le faire jeudi auprès de l'agence Bloomberg, “alors nous le ferons aussi”, a déclaré M. Juncker à la chaîne allemande ZDF. “Nous sommes convenus avec le président Trump d'une sorte de cessez-le-feu en ce qui concerne les nouvelles taxes sur les voitures”, a expliqué le chef de l'Exécutif bruxellois, rappelant son déplacement fin juillet à Washington pour tenter d'endiguer les sanctions commerciales croisées entre Europe et États-Unis.                        


R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER