Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi

Donald Trump relâche la pression sur Riyad

Donald Trump, président des états-Unis d’Amérique. ©D. R.

La porte-parole de la Maison-Blanche a indiqué que le président américain a reporté à une date ultérieure les décisions sur la suite à donner au meurtre de Jamal Khashoggi, confirmant sa volonté de gagner du temps pour protéger son allié saoudien.

Près d’un mois après l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi le 2 octobre dernier à l’intérieur du consulat général d’Arabie Saoudite à Istanbul, Donald Trump continue à différer l’annonce de ses décisions sur cette affaire. Lundi soir, c’est la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, citée par la chaîne américaine “Al-Hurra”, qui a affirmé que l’administration américaine envisage différentes options pour traiter ce dossier, mais “le président Donald Trump annoncera sa décision à une date ultérieure”. Alors que Riyad n’a toujours pas révélé où était caché le corps de la victime, il apparaît clairement que le locataire du Bureau ovale veut prendre le temps qu’il faut pour assurer à son allier saoudien la meilleure protection possible. Et pourtant, M. Trump a été informé des moindres détails de l’affaire par la directrice de la CIA, Gina Haspel, qui a eu accès au dossier préparé par les autorités turques. Alors que tout indique qu’il a en sa possession tous les éléments pour pouvoir trancher ce sujet, sur lequel la communauté internationale multiplie les pressions afin de connaître la vérité, le chef de la Maison-Blanche se permet de tergiverser. Continuant à ignorer les pressions internes et externes exercées sur lui, M. Trump prend tout son temps comme si de rien n’était. Ce crime, qui a suscité une vague de critiques internationales contre la monarchie wahhabite, laisse Donald Trump de marbre. Il suffit de se remémorer sa déclaration du 20 octobre, dans laquelle il avait souligné que suspendre la vente d’armes à l’Arabie Saoudite nuirait aux emplois américains, pour comprendre qu’il fera passer les intérêts des États-Unis d’abord avant de penser à élucider ce meurtre, dont les péripéties ont tenu en haleine toute la planète. Cette manière de faire semble excéder la fiancée turque de Jamal Khashoggi, qui a réagi, lundi soir à Londres, en l’appelant directement à ne pas permettre à Riyad d’étouffer l’affaire. “Je suis extrêmement déçue de l’attitude adoptée jusqu’à présent par les dirigeants politiques de nombreux pays, à commencer par les États-Unis”, a déclaré Hatice Cengiz, qui s’exprimait lors d’un évènement commémoratif lundi soir à Londres. “Il faut que le président Trump aide à révéler la vérité et à ce que justice soit rendue. Le président Trump ne doit pas permettre que le meurtre de mon fiancé soit étouffé”, a-t-elle ajouté dans une vidéo diffusée par des médias britanniques. Hatice Cengiz a assuré que “le régime saoudien sait où se trouve le corps de Jamal Khashoggi”, qui reste introuvable, et a appelé “les criminels diaboliques et leurs lâches maîtres politiques à rendre des comptes.”

Merzak Tigrine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER