Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Après des sit-in réprimés dans le sang en 2013

Égypte : l'“impunité” des forces de sécurité dénoncée

Les ONG de défense des droits de l'homme Amnesty International (AI) et Human Rights Watch (HRW) ont dénoncé l'“impunité” dont bénéficient les forces de sécurité en Égypte, 5 ans après un assaut contre 2 sit-in, lors duquel des centaines de personnes ont été tuées. Le 14 août 2013, les forces de l'ordre avaient lancé un assaut sur les places Rabaa al-Adawiya et Nahda au Caire, où des milliers de personnes campaient avec femmes et enfants depuis 6 semaines pour réclamer le retour de l'islamiste Mohamed Morsi, premier Président démocratiquement élu en Égypte, destitué en juillet 2013 par l'armée, alors dirigée par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi. Au moins 817 manifestants sont morts dans les heures ayant suivi l'assaut, selon HRW, qui parle de “la tuerie de masse la plus importante de l'histoire moderne égyptienne”. Depuis, des centaines d'islamistes, dont des responsables des Frères musulmans de M. Morsi, ont été jugés au cours de procès de masse, dénoncés comme expéditifs par les ONG de défense des droits de l'homme. Mais aucun membre des forces de sécurité n'a été poursuivi pour la mort de ces manifestants. “Cinq ans après le massacre de Rabaa, l'impunité continue d'alimenter une crise sans précédent pour les droits de l'homme”, a déploré, mardi, dans un communiqué de l'ONG AI. “Le massacre de Rabaa a été un terrible tournant pour les droits de l'homme”, renchérit la directrice des campagnes d'Amnesty pour l'Afrique du Nord, Najia Bounaim. “Au cours des 5 dernières années, les violations des droits humains commises par des forces de sécurité égyptiennes, telles que des disparitions forcées et des exécutions extrajudiciaires, se sont produites à une échelle jamais vue auparavant”, estime-t-elle. HRW a estimé dans un communiqué publié, lundi soir, que “5 ans après le massacre de Rabaa, la seule réponse des autorités a été de mettre à l'abri les responsables de ces crimes”. La directrice de HRW pour le Moyen-Orient, Sarah Leah Whitson, a reproché aux pays alliés de l'Égypte, sans les nommer, “d'avoir répondu à l'absence de justice pour les victimes par un silence total”. Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a approuvé, le mois dernier, une loi accordant l'immunité judiciaire à des officiers supérieurs de l'armée impliqués dans les troubles de 2013. Au moins 75 islamistes ont pour leur part été condamnés à mort en juillet par un tribunal dans le cadre de procès de masse de plus de 700 accusés. D'autres attendent toujours le verdict de leur procès, comme le photographe de presse Mahmoud Abou Zeid, dit “Shawkan”, lauréat du prix mondial de la liberté de la presse de l'Unesco, en mai. La répression des manifestations en 2013 avait été suivie de plusieurs mois d'affrontements meurtriers avec la police, dans lesquels des centaines de personnes ont été tuées. “M. Morsi n'a gouverné qu'une année, avant que des manifestations de masse ne soient organisées contre lui et qu'il ne soit destitué par l'armée. Il a depuis été condamné à un total de 45 ans de prison. Il est aujourd'hui maintenu à l'isolement 23 heures par jour dans des conditions préoccupantes”, a affirmé, en mars, une commission britannique indépendante.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER