Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Tout en qualifiant El-Assad de “criminel”

Emmanuel Macron : “C’est aux Syriens de choisir”

Le chef de l'État français Emmanuel Macron a qualifié le président syrien Bachar el-Assad de “criminel”, tout en jugeant que le rôle de la communauté internationale n'était pas de le destituer, mais “de créer une situation politique qui permettra aux Syriens de choisir librement”.
M. Macron, qui a relancé devant la tribune de l'ONU son idée de créer un nouveau “groupe de contact sur la Syrie”, a ensuite tenté de clarifier la doctrine française sur ce dossier lors d'une conférence de presse, notamment sur le sort du président syrien. “Bachar el-Assad, c'est un criminel, il devra être jugé et répondre de ses crimes devant la justice internationale. Mais je n'ai pas fait de sa destitution un préalable, par pragmatisme”, a assuré M. Macron, qui avait choqué en juin l'opposition syrienne en déclarant qu'il ne voyait pas de “successeur légitime à Assad”. “Mon ennemi en Syrie, ce sont les terroristes islamistes, ce n'est pas Bachar el-Assad. C'est l'ennemi avant tout du peuple syrien et il devra répondre de ses crimes devant les tribunaux internationaux”, a répété M. Macron. “Ce n'est pas à moi depuis Paris de dire aux Syriens qui doit lui succéder. Nous devons œuvrer à créer la situation politique qui leur permettra de choisir librement le dirigeant à venir”, a-t-il poursuivi. “Il faut construire une transition politique inclusive où chacun et chacune aura sa place”, a-t-il insisté, réitérant sa proposition “d'un groupe de contact qui permette de revitaliser le processus politique”.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 22/09/2017 à 14h38

La Syrie paie le prix de la mort de Rafic Hariri. Les riches ont fait la guerre à la Syrie en finançant des milices pour casser le pays soit 500 000 morts et plus de 02 millions d'expatriés donnant 500 milliards de dollars de dégâts. C'est ça le wahhabisme, il finance en sous main et détruit des pays puis se réfugie chez l'Oncle Sam grâce à sa politique du carnet de chèques.

Commentaires
1 réactions