Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Il a discuté avec Abbas et Al-Sissi avant de se rendre à Washington

Emmanuel Macron en quête d’un rôle dans le conflit du Proche-Orient

Emmanuel Macron, président de la République française. ©D. R.

Avant le sommet avec le président américain, qui débute aujourd’hui, le chef de l’État français a pris le soin de faire le point sur la situation au Proche-Orient avec Mahmoud Abbas et Abdelfattah al-Sissi.

Emmanuel Macron cherche-t-il à replacer la France dans le conflit du Proche-Orient ? C’est l’impression qui se dégage de l’activité du chef de l’État français avant son départ aux États-Unis pour un sommet de trois jours avec son homologue américain. En prenant attache avec le président palestinien Mahmoud Abbas et le président égyptien Abdelfattah al-Sissi à la veille de rallier Washington, Emmanuel Macron semble vouloir mettre à profit la rupture entre Palestiniens et Américains pour arracher un rôle à la France dans le règlement du conflit israélo-palestinien. Pour rappel, les relations entre Mahmoud Abbas et l’administration US sont exécrables depuis que Donald Trump a annoncé, le 6 décembre 2017, le transfert de l’ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à El-Qods, qu’il a reconnue comme capitale d’Israël. Les Palestiniens, qui revendiquent El-Qods pour capitale de l’État auquel ils aspirent, ont, depuis, gelé les contacts avec les officiels américains. Devant cette situation, Macron essaye de se frayer une place dans le processus de paix, et ses contacts avec ses homologues palestiniens et égyptiens sont loin d’être fortuits. Ceci étant, un communiqué de l’Élysée a indiqué que Macron s’est entretenu au téléphone avec Abbas afin de “faire le point avec lui sur la situation en Palestine et sur les perspectives de négociations de paix deux jours avant son déplacement à Washington”. La même source a ajouté que lors de cet entretien téléphonique, le président français a encouragé “les efforts menés par l’Autorité palestinienne et le Hamas, avec le soutien de l’Égypte, pour une réconciliation inter-palestinienne nécessaire pour construire les bases d’un État uni”. Dans ce cadre, Macron a salué les annonces faites lors du Sommet de la Ligue arabe, le 15 avril, “appuyant la solution des deux États, avec Jérusalem comme capitale, et réitérant un soutien à l'initiative arabe de paix de 2002”, tout en assurant que la France continuera “ses efforts en vue d'une solution négociée entre Israéliens et Palestiniens, seule voie possible pour retrouver le chemin de la paix”. Les deux présidents ont également évoqué “la situation préoccupante à Gaza”. La présidence française estime qu’“il est impératif de mettre un terme à la crise humanitaire que connaît la bande de Gaza, via la fin du blocus et la levée des mesures restrictives, ainsi que par des garanties de sécurité crédibles pour Israël”. Dans le même ordre d’idées, Macron a eu samedi dernier un autre entretien avec le président égyptien al-Sissi. Vu le rôle de l’Égypte dans le processus de paix du Proche-Orient, il ne fait aucun doute que le conflit israélo-palestinien a été au centre des discussions, même si la présidence française a mis l’accent sur la Syrie. Elle a indiqué que les deux hommes ont également évoqué “la nécessité d’une solution politique en Syrie” y voyant “le seul moyen d’assurer au peuple syrien les conditions de sa souveraineté durable”.  

Merzak Tigrine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 23/04/2018 à 14h36

Au lieu de vendre des armes pour des milliards de dollars pour que les gens s’entre-tuent, le mieux serait de construire des villas pour chaque palestinien avec des services publics, d'aménager une ville complète (écoles, hôpitaux, CHU, bureau de poste, supermarchés) afin de civiliser les citoyens palestiniens. De cette façon, on peut ramener la paix. Je rappelle que les Saoudiens viennent de donner un chèque de 389 milliards de dollars aux américains or, 50 à 100 milliards de dollars suffirait.

Commentaires
1 réactions