Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Crise entre la Turquie et les États-Unis

Erdogan défie Washington au congrès de son parti

Le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré, hier, que la Turquie ne se “livrerait pas” aux États-Unis, poursuivant son bras de fer avec Washington qui a précipité l'effondrement de la livre turque ces derniers jours. “Nous ne nous livrerons pas à ceux qui se présentent comme notre partenaire stratégique, alors qu'ils s'efforcent de faire de nous une cible stratégique”, a lancé M. Erdogan lors d'un congrès de son parti islamo-conservateur, l'AKP, à Ankara. “Certains croient pouvoir nous menacer avec l'économie, les sanctions, les taux de change, les taux d'intérêt et l'inflation. Nous avons mis au jour vos manigances et nous vous défions”, a-t-il poursuivi lors de ce congrès visant à renouveler l'état-major de l'AKP.
Ces déclarations surviennent alors que Washington et Ankara, alliés au sein de l'Otan, traversent une crise diplomatique. Celle-ci est notamment liée au cas d'un pasteur américain assigné à résidence en Turquie et dont les États-Unis réclament la libération. L'orage a éclaté lorsque Washington a imposé début août des sanctions inédites contre deux ministres turcs. Ankara a répliqué et cette escalade des tensions a provoqué l'effondrement de la livre turque la semaine dernière.
Après quelques jours d'accalmie, la livre turque, qui a perdu près de 40% de sa valeur depuis le début de l'année, a replongé, vendredi, après que Washington ait menacé de frapper Ankara avec de nouvelles sanctions. Outre les tensions avec les États-Unis, la livre turque a été fragilisée par la mainmise croissante du Président turc sur l'économie et son refus, selon les observateurs, d'autoriser la Banque centrale à relever ses taux d'intérêt.
Lors du congrès de l'AKP, hier, M. Erdogan a, par ailleurs, affirmé que la Turquie allait poursuivre et élargir ses opérations militaires transfrontalières. Ankara a déployé depuis deux ans des militaires dans le nord de la Syrie pour contrer l'expansion des Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde soutenue par Washington contre les terroristes.  

R.I/Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER