Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Européens, Russie et Chine font cause commune

États-Unis : Trump isolé sur le nucléaire iranien

Réunis hier à Vienne, en Autriche, les pays signataires de l’accord sur le nucléaire iranien se sont mis d’accord sur l’application de ce texte dans son intégralité, selon le communiqué final relayé par RT (ex-Russia Today), allant à contresens du président des États-Unis, Donald Trump, qui se retrouve de fait isolé, après son retrait le 12 juin dernier. Pour sauver l’accord sur le nucléaire, les grandes puissances (Russie, Chine, Allemagne, Grande-Bretagne, France et Union européenne) ont affirmé leur détermination à “continuer d’importer le pétrole, le gaz et les produits pétrochimiques et pétroliers iraniens”, lit-on dans le communiqué final. Les pays concernés ont aussi affirmé qu’ils continueront à “défendre les intérêts des entreprises qui ont investi en Iran contre toutes les éventuelles poursuites découlant des sanctions imposées par les États-Unis, notamment les petites et moyennes entreprises”. Donald Trump avait menacé les entreprises européennes de lourdes sanctions, obligeant certaines d’entre elles à renoncer à leur présence à Téhéran, après avoir réactivé l’arsenal de sanctions qui avaient été imposées à l’Iran avant la conclusion de cet accord, durement négocié durant des années. Aussi, les pays qui se sont réunis hier à Vienne se sont engagés à “fournir des solutions pratiques afin de maintenir la normalisation des relations commerciales et économiques avec l'Iran”, selon toujours ce communiqué commun. Parmi ces objectifs figurent “la préservation et le maintien de canaux financiers efficaces avec l'Iran, la poursuite des communications maritimes, terrestres, aériennes et ferroviaires, la promotion de la couverture du crédit à l'exportation, un soutien clair et efficace aux opérateurs économiques qui commercent avec l'Iran (...), l'encouragement de nouveaux investissements en Iran, la protection des opérateurs économiques pour leurs investissements et autres activités financières en Iran”. Réagissant aux résultats de la réunion de Vienne, Téhéran a salué “une volonté de résister” à ce qui constitue l’énième chantage de Donald Trump sur ses alliés et les pays amis de l’Iran, accentuant l’isolement des États-Unis sur la scène internationale. Car depuis son arrivée à la Maison-Blanche, il y a un an et demi, le locataire du bureau ovale a remis en cause plusieurs accords internationaux et s’apprête à retirer son pays même de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).


Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER