Scroll To Top
FLASH
  • Le procès de Kamel Chikhi, dit "El Boucher", est reporté au 19 juin sur demande ses avocats.

A la une / International

Son ministre de la Défense démissionne et appelle à des élections anticipées

Gaza fera-t-elle tomber Netanyahu ?

Avigdor Liberman, ministre israélien de la Défense. © D.R.

Le départ du ministre ultranationaliste du gouvernement, qui peut entraîner la chute du gouvernement de Netanyahu, ne signifie toutefois pas un possible changement dans la politique israélienne contre la Palestine.

L’agression militaire incessante d’Israël de l’enclave palestinienne Gaza a fini par provoquer une crise au sein du gouvernement criminel israélien de Benjamin Netanyahu qui vient de perdre son ministre de la Défense (va-t-en-guerre), l’ultranationaliste Avigdor Lieberman, qui a démissionné hier de son poste et annoncé le retrait de son parti de la coalition gouvernementale. Ce coup d’éclat, qualifié de victoire par les Palestiniens, intervient au lendemain du cessez-le-feu annoncé par le Premier ministre de l’occupation israélienne Benjamin Netanyahu, après deux jours de raids aériens meurtriers contre l’enclave palestinienne, sous blocus depuis dix ans. Le ministre ultranationaliste a dénoncé devant la presse ce cessez-le-feu comme une “capitulation devant le terrorisme” et a appelé à des législatives avant l'échéance fixée à novembre 2019. Il a annoncé dans la foulée le retrait du petit parti qu'il dirige, Israël Beiteinou, de la coalition gouvernementale, laissant théoriquement le Premier ministre avec une majorité minimale d'un seul siège. Mais pour un responsable du Likoud, le parti de droite du Premier ministre, M. Netanyahu reprendrait le portefeuille de la Défense, estimant que des législatives anticipées n’étaient pas nécessaires. Pour le Hamas palestinien, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, “la démission du ministre de la Guerre, Avigdor Lieberman, est un aveu de la défaite d’Israël à pouvoir affronter la résistance palestinienne”, a rapporté l’Agence de presse Quds Press International Agency (QPIA). “La démission de Lieberman est une victoire politique pour Gaza qui a réussi en résistant à provoquer un séisme politique sur la scène de l’occupation”, a affirmé Sami Abou Zahri, un des leaders du Hamas, cité par QPIA. Le départ du ministre ultranationaliste du gouvernement, qui peut entraîner la chute du gouvernement Netanyahu, ne signifie toutefois pas un possible changement dans la politique israélienne contre la Palestine. Car, depuis quelques années, les colons israéliens se sont radicalisés avec l’arrivée de Benjamin Netanyahu qui a relancé de nombreux projets de colonisation, encouragé dans sa politique par le président américain Donald Trump, dont le proche entourage est composé essentiellement de conseillers et de ministres pro-sionistes. Aussi, dans un contexte régional explosif et de tensions pré-électorales en Israël, M. Netanyahu semble avoir bien calculé son choix d’un cessez-le-feu avec le Hamas et les autres factions palestiniennes de Gaza qui sont proches du mouvement islamiste palestinien. Pour les commentateurs, le Premier ministre israélien n’a pas vraiment le choix en acceptant le cessez-le-feu. M. Netanyahu préfèrerait contenir le Hamas plutôt que de tenter de l'éliminer, inquiet soit du vide que laisserait le mouvement islamiste, soit de l'impossibilité pour Israël d'assumer la sécurité d'un territoire d'où il s'est retiré en 2005.


Lyès Menacer

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER