Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Deux jeunes de 18 et 20 ans ont succombé hier à leurs blessures

Ghaza : Israël a tué 40 Palestiniens et blessé plus de 5 000 autres

Deux Palestiniens ont succombé à leurs blessures après avoir été atteints par des tirs de soldats israéliens dans le cadre du mouvement de protestation le long de la frontière, a annoncé hier le ministère de la Santé dans la bande de Ghaza. Ces décès portent à 40 le nombre de Palestiniens tués depuis le début, le 30 mars, du mouvement de protestation appelé la “Marche du retour”, selon un décompte de l'AFP à partir des informations fournies par les autorités sanitaires ghazaouies. La très grande majorité a été tuée par des tirs de soldats postés sur la barrière de sécurité entre Israël et la bande de Ghaza. Quelques-uns sont morts dans des frappes de l'artillerie ou de l'aviation israélienne. Abdullah Chamali, âgé de 20 ans, est mort après avoir été grièvement blessé au ventre vendredi lors d'affrontements entre manifestants et soldats israéliens, a indiqué le ministère de la Santé gazaoui. Les violences ce jour-là ont donc fait cinq morts palestiniens, dont un adolescent de 15 ans. Tahrir Wahada, 18 ans, avait quant à lui été blessé par balle à la tête le 6 avril à l'est de Khan Younès, dans le sud du territoire, a dit le ministère. Des centaines de Palestiniens ont été blessés par balle ou par inhalation de gaz, selon les secours. Jusqu’à hier, la totalité des victimes depuis le début de la marche du retour le 30 mars dernier jusqu’au 20 avril de ce mois-ci, dans la bande de Gaza, a atteint 40 dont 4 enfants et un journaliste. C’est ce qu’a indiqué un rapport publié par le centre des études de documentation “Al-Hourani”, rapporté par l’agence Wafa. Il y a lieu de préciser que plus de   5 000 Palestiniens ont été blessés : 1 714 par de vraies balles, 393 par des balles en caoutchouc, 2364 par le gaz lacrymogène et 556 d’autres blessures, sachant que parmi les 5 000 blessés, 692 étaient des enfants, 260 femmes, 130 élèves, 45 ambulanciers et 70 journalistes. La même source a affirmé que les crimes de l’occupation israélienne sur les frontières de la bande de Gaza violent les bases de la loi internationale humanitaire dont l’accord de La Haye en 1907, la quatrième convention de Genève en 1949 concernant la protection des civils en temps de guerre, qui doivent être appliquées dans les territoires palestiniens occupés depuis le 4 juin 1967.

Merzak T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
3 réactions
Brahms le 25/04/2018 à 14h26

Ces faits ne passent même plus dans les journaux télévisés. Ces crimes restent totalement impunis, aucune poursuite judiciaire, aucune enquête, aucune indemnisation pour les familles des victimes, aucune condamnation. On occupe les gens avec des smartphones, des voitures, des galeries ce qui permet de faire diversion sur tous ces crimes. Tous les pays musulmans sont complètement décalés

Brahms le 25/04/2018 à 14h32

L'Oncle Sam protège Israël en fournissant le matériel militaire dernier cri et en formant les commandos tandis que les saoudiens ont transmis 389 milliards de dollars aux USA à Mr (Trump) donc comment voulez - vous que la situation palestinienne s'améliore ? Au contraire, on va aller de meurtre en meurtre jusqu'à une épuration ethnique et ce, sur une durée de 1 siècle. Personnellement, j'ai dis pas un euro pour les saoudiens (impôt religieux de la Mecque), rien, ouélou.

Brahms le 25/04/2018 à 16h26

Une femme juive a été tuée à Paris. Aussitôt une marche blanche et où on se relaie sur des plateaux de télévision à palabrer sur l'antisémitisme. Par contre, pour les palestiniens, on ferme les yeux, on dit que ce sont des terroristes et voilà, l'affaire est pliée.

Commentaires
3 réactions