Scroll To Top

A la une / International

À l’appel de la première centrale syndicale du pays

Grève de cinq jours au Mali

Le bureau exécutif de l’Union nationale des travailleurs du Mali (BE/UNTM), lors de l’annonce de la grève de cinq jours, du 17 au 21 mai 2021. © D. R.

Les travailleurs sont passés à l’action en raison de la détérioration de leurs  conditions  de  travail, conjuguée  à  un  déséquilibre  dans  les salaires, dont ils réclament d’ailleurs une réévaluation.  

Les  fonctionnaires  et  les  travailleurs  maliens  de  plusieurs  secteurs de l’administration, de l’éducation et de la santé ont  entamé  hier  la  deuxième phase de grève – de cinq jours – à l’appel de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) afin de faire pression sur le gouvernement pour la satisfaction d’un chapelet de revendications socioprofessionnelles, relatives à l’harmonisation des salaires et à l’amélioration des conditions de vie et de travail des fonctionnaires.

Il s’agit en effet de l’acte 2 de la série de grèves décidées par la première centrale ouvrière du Mali et ses partenaires, qui avaient paralysé la semaine dernière l’administration, le secteur bancaire et les services des douanes, qui avaient quasiment fermé leurs portes. 

Après l’observation de cette grève de cinq jours, du 17 au 21 mai 2021, le bureau exécutif de l’Union nationale des travailleurs du Mali (BE/UNTM) et ses partenaires syndicaux ont rendu public un communiqué de presse, le 21 mai 2021, pour préciser que le bilan global de suivi du mot d’ordre de la grève était de 98% dans les Régions et de 96% dans le district de Bamako. 

Dans un communiqué relayé vendredi par l’agence de presse malienne Amap, le bureau exécutif de l’UNTM et ses partenaires syndicaux ont regretté l’absence de propositions de sortie de crise de la part du gouvernement et du 
Patronat du Mali. 

Selon le communiqué, ces derniers (responsables) ont manifesté peu d’intérêt pour “la mise en œuvre des mesures de poursuite et de renforcement du dialogue social proposées par la délégation syndicale de négociation”. Par conséquent, l’UNTM a décidé d’exécuter la deuxième phase de sa grève, qui a débuté hier lundi et ce, jusqu’à vendredi 28 mai 2021. 

Ce mot d’ordre de grève intervient après l’échec des négociations entre le gouvernement malien et l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), en dépit de la signature d’un accord entre le gouvernement et les grévistes. Un accord que ces derniers ont finalement rejeté au motif de ne pas avoir obtenu satisfaction au sujet de l’harmonisation du paiement de certaines indemnités et primes des départs volontaires à la retraite.

“L’UNTM, qui poursuivra cette grève jusqu’au vendredi 28 mai 2021, se réserve aussi le droit d’une continuation de la grève à partir du lundi 31 mai 2021 à 00h, en lui donnant un caractère illimité”, selon le préavis de grève de l’UNTM.

Pour rappel, l’UNTM a déposé un préavis de grève sur la table du gouvernement le 26 avril dernier, où sept points y sont mentionnés. Parmi ces points figurent notamment “l’application immédiate des accords consignés dans le procès-verbal de Conciliation signé le 5 février 2021, l’élargissement de la prime de judicature aux greffiers et secrétaires des greffes et parquets, le retour à leurs postes respectifs des 22 travailleurs du ministère de l’administration territoriale, l’application immédiate du point d’accord relatif au paiement des salaires des fonctionnaires des collectivités territoriales du cadre de l’administration générale”.

Aussi, au-delà de son impact sur le fonctionnement des divers secteurs de l’administration, cette grève de cinq jours ne sera pas sans conséquence sur l’éducation et la santé des enfants, ont averti des associations de défense des droits des enfants, qui invitent le gouvernement et la centrale syndicale à “trouver un compromis”.
 

Amar R.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER