Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

L’ONU a enregistré plus de 150 cas de violations de la trêve

Haftar bombarde le port de Tripoli

Tir de roquettes des forces de l’Armée nationale libyenne ciblant un navire turc au port de Tripoli. © D.R

Le général Haftar a envoyé hier d’importants renforts dans la ville portuaire de Zaouiya, à l’ouest de Tripoli, selon son entourage. Cela risque de provoquer un nouveau foyer de violences dans l’Ouest libyen.

Le port de Tripoli a été hier la cible d’une attaque de missiles, qui a provoqué d’importants dégâts dans un des entrepôts, a affirmé le Gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez al-Serraj, pointant du doigt l’armée nationale libyenne (ANL) de son rival, le général Khalifa Haftar. L’attaque a été confirmée aussi par la mission de l’ONU en Libye, dénonçant une violation flagrante de la trêve, en cours depuis le 12 janvier. 

D’ailleurs, au moins 150 violations de la trêve ont été enregistrées depuis cette date, a affirmé hier l’envoyé spécial du SG de l’ONU en Libye, Ghassane Salamé, à l’issue de la deuxième réunion du comité militaire libyen mixte “5+5”. Selon des médias proches du controversé général, le raid aérien a visé un bateau turc transportant des armes, malgré l’embargo. Mais il est difficile de vérifier la véracité de cette version, même si le viol de l’embargo sur les armes, que l’ONU a imposé depuis 2011 à la Libye, n’est un secret pour personne.

L’escalade des violences à Tripoli intervient dans un contexte de tractations diplomatiques visant à pérenniser la trêve, en attendant de la transformer en un véritable cessez-le-feu durable et permanent que l’ONU éprouve du mal à faire accepter aux parties libyennes en conflit. Khalifa Haftar conditionne ce cessez-le-feu par la dissolution des milices et le départ des mercenaires étrangers acheminés par la Turquie, alors que lui aussi est accusé de s’appuyer sur des milices libyennes et d’utiliser des mercenaires soudanais équipés et financés entre autres par l’Arabie Saoudite.

Par ailleurs, sur le plan économique, la compagnie libyenne du pétrole NOC a dressé un tableau noir de la production pétrolière en Libye, affirmant avoir perdu plus de 1,6 milliard de dollars depuis le blocage par Haftar des ports pétroliers dans l’est et le centre du pays. La production a chuté quant à elle à quelque 130 000 barils par jour, asphyxiant davantage le GNA. Face à cette inquiétante situation, le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) a annoncé un nouveau plan humanitaire pour 2020 pour éviter le pire en Libye.

Ce plan de réponse humanitaire pour la Libye, qui a été lancé au cours du week-end, a cependant besoin de réunir 115 millions de dollars pour pouvoir faire face aux besoins humanitaires croissants de la population libyenne, a déclaré le HCR dans un communiqué. “Le Premier ministre libyen Fayez al-Serraj a promis 10 millions de dollars américains lors du lancement de ce plan à Tripoli. Le coordinateur humanitaire des Nations unies pour la Libye, Yacoub El-Hillo, a déclaré que le conflit prolongé en Libye avait gravement affecté les civils dans toutes les régions du pays, et ce, à une échelle sans précédent”, selon le communiqué.

 

 


Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER