Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Au lendemain de la présentation de son rapport à l’ONU sur le sahara occidental

Horst Köhler reçu à Washington

L’émissaire onusien pour le Sahara occidental, Horst Köhler, a été reçu à Washington par le secrétaire d’État adjoint américain pour le Proche- Orient, l’ambassadeur David Satterfield, après qu’il ait présenté son rapport d’étape aux membres du Conseil de sécurité des Nations unies mercredi. Il s’agit d’une première rencontre du genre, au cours de laquelle les deux responsables ont  échangé sur les perspectives de règlement du conflit au Sahara occidental, ont indiqué des sources informées du dossier. Bien qu’aucun élément n’ait filtré sur le contenu de cet entretien, qui intervient à un mois environ de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU devant statuer sur le renouvellement du mandat de la Minurso, il ne faut pas être grand clerc pour comprendre qu’il permettra d’établir la position des États-Unis par rapport au conflit du Sahara occidental. Washington, qui a pris des initiatives dans ce cadre en proposant des projets de résolution intégrant la question des droits de l’homme dans les missions de la Minurso, pourrait à nouveau mettre son grain de sel dans le règlement de ce conflit.
Cette hypothèse n’est pas à exclure, notamment avec le retour aux affaires de John Bolton, nommé au poste de conseiller à la sécurité nationale par Donald Trump. Ce dernier est connu pour son opposition aux thèses autonomistes marocaines. Par ailleurs, les États-Unis n’ont jamais caché leurs préoccupations quant au blocage du processus de paix et ont averti en avril 2017, juste après le vote de la résolution prorogeant le mandat de la Minurso qu’ils allaient “surveiller de près les progrès réalisés sur le terrain”.
Pour l’administration US, les blocages dressés à la Minurso ont conduit le Conseil de sécurité à concentrer son débat sur “des détails opérationnels très spécifiques” au lieu de s’intéresser à sa véritable mission qui consiste à organiser un référendum d’autodétermination.


 Merzak T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER