Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / International

Civils tués par les raids de la coalition dite arabe

HRW critique la position de l’ONU sur le Yémen

Marché de Dayhan, au Yémen, après le raid saoudien du 10 août. ©D. R.

La guerre d’agression saoudienne au Yémen a fait quelque 10 000 morts depuis mars 2015 et provoqué “la pire crise humanitaire” au monde, selon l'ONU.

L’ONG non gouvernementale Human Rights Watch a sévèrement critiqué la position du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Yémen, regrettant que ce dernier n’ait pas eu le courage nécessaire pour ouvrir une enquête indépendante sur le massacre de 29 enfants par un raid aérien de l’Arabie Saoudite jeudi sur un marché de Dayhan, dans la province septentrionale de Saada. “La triste vérité est que l'on a donné aux Saoudiens l'opportunité d'enquêter eux-mêmes et les résultats sont risibles”, a commenté Akshaya Kumar, directrice adjointe de HRW pour l'ONU, a rapporté l’AFP. Avant la réunion, les Pays-Bas avaient insisté sur le fait que l'enquête devait être indépendante, laissant entendre que la décision de la coalition de lancer une investigation était insuffisante. “Nous avons vu les images des enfants qui sont morts”, a déclaré à la presse l'ambassadrice adjointe des Pays-Bas à l'ONU, Lise Gregoire-van Haaren. “Ce qui est crucial maintenant, c'est d'avoir une enquête crédible et indépendante”, a-t-elle ajouté. Le Conseil de sécurité n'a pas spécifié si l'enquête devait être indépendante, comme l'a demandé le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres jeudi. Réunis en session d’urgence et à huis clos, le Conseil de sécurité s’est contenté d’appeler à une enquête “crédible” sur cette énième bévue saoudienne et émiratie contre des civils au Yémen, depuis le début en mars 2015 de la guerre d’agression que mène Riyad et ses alliés dans ce pays, sous le couvert de rétablissement de l’ordre institutionnel et constitutionnel à Sanaa. L'ambassadrice britannique à l'ONU, Karen Pierce, qui préside le Conseil et s'exprimait en son nom, a fait part à des journalistes, après une réunion à huis clos sur le Yémen, de sa “grande préoccupation” et appelé à “une enquête crédible et transparente”. Plus tôt vendredi, la coalition militaire sous commandement saoudien, qui intervient au Yémen contre les rebelles houthis, a annoncé l'ouverture d'une enquête sur le raid. Le Conseil de sécurité n'a pas ordonné le lancement d'une enquête séparée, mais “va maintenant discuter avec l'ONU et d'autres pour voir comment l'enquête peut avancer au mieux”, a précisé Mme Pierce. Cette réunion du Conseil avait été demandée par la Bolivie, les Pays-Bas, le Pérou, la Pologne et la Suède, tous des membres non permanents du Conseil de sécurité. Sur le marché de Dayhan, des restes humains ainsi que des cartables d'enfants étaient toujours visibles, selon des images de l'AFP. Le bus bleu et blanc qui transportait les écoliers apparaît lui entièrement déchiqueté. Pour rappel, au moins 29 enfants âgés de moins de 15 ans ont péri jeudi dans des frappes contre leur bus sur un marché très fréquenté de Dahyan — zone contrôlée par les Houthis — selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Quarante-huit blessés, dont 30 enfants, ont été admis dans un hôpital géré par l'organisation. Les funérailles doivent avoir lieu “plus tard”, a indiqué à l'AFP Yahya Shahem, du “ministère” de la Santé des Houthis à Saada, sans préciser de date.

L. M./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER