Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Chasse aux migrants au Maroc

Inquiétude des ONG

Les autorités marocaines poursuivent les opérations de déplacements forcés de migrants vers le sud du pays, alors que des ONG dénoncent la brutalité employée notamment contre des femmes et des mineurs, arrêtés et refoulés bien que la loi l'interdise.
Ces derniers jours, des centaines de policiers appuyés par des forces spéciales et trois hélicoptères ont effectué plusieurs interventions musclées à Tanger dans les quartiers populaires de Boukhalef et de Mesnanatan, faisant plusieurs blessés, selon les témoignages de migrants et de riverains, rapportés par des médias locaux. Les migrants originaires d'Afrique subsaharienne ont été chassés violemment de leur logement en vue de les embarquer dans des bus pour les déporter vers le sud du pays, ont ajouté les mêmes sources. “C'était très violent, ils ont pris des pierres, des bâtons (...). Ils sont entrés dans les maisons, nous ont pris notre argent et nos bijoux, nous ont embarqué mais moi ils n'ont pas pu me prendre”, a raconté Wilfried, réfugié dans un campement à Tanger. Ce jeune Camerounais marche difficilement à l'aide d'une béquille depuis qu'il a fui en sautant par-dessus un mur. Il assure avoir déjà été refoulé l'an dernier avant de revenir dans l'espoir de rallier les côtes espagnoles. Le Conseil national des droits de l'homme a assuré que “les opérations de déplacements sont menées dans un cadre légal”, a soutenu son président Driss El Yazami, précisant que “le CNDH veillait à la protection des personnes vulnérables”. Quelques dizaines de migrants ont tenté de manifester dimanche devant la préfecture de Tanger pour dénoncer la situation, mais ils ont été bloqués par la police. “Les migrants sont à bout de souffle, trop, c'est trop”, s'est indignée Aissatou Barry, une ressortissante ivoirienne qui milite au sein de l'association “Les ponts solidaires” évoquant les cas de ceux qui disparaissent en mer en tentant la traversée de la Méditerranée. La section de Nador (nord-est) de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH), qui suit de près les déplacements forcés, a dénoncé, pour sa part, “la brutalité employée contre les femmes, certaines enceintes, et les mineurs arrêtés et refoulés bien que la loi marocaine l'interdise”. L'AMDH avait adressé en août dernier une lettre aux autorités pour les interpeller sur “l'usage excessif de la force et de la violence lors des campagnes systématiques menées en totale contradiction avec les obligations internationales du Maroc”.


R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER