Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Multiplication des rencontres régionales et internationales

Intense activité diplomatique pour résoudre la crise libyenne

La crise libyenne continue de mobiliser d’importants efforts diplomatiques dans les pays de la région, en Europe et au niveau de l’Organisation des Nations unies, qui tentent de réconcilier les parties libyennes autour d’un seul projet politique, dans un contexte marqué par la crainte d’un retour des terroristes liés à l’autoproclamé État islamique (Daech) en Libye, à laquelle s’est greffée la crise migratoire.
Outre les rencontres régulières entre les pays voisins de la Libye, des diplomates américains, français, italiens et britanniques ont effectué plusieurs visites en Algérie, en Tunisie et en Égypte pour discuter de la meilleure manière de désamorcer cette bombe libyenne. Au lendemain de la visite à Alger de Alina Romanowski, coordonnateur-adjoint de la lutte contre le terrorisme au département d’État américain, pour discuter entre autres de l’évolution de la situation en Libye, c’était au tour hier du secrétaire d’État américain Rex Tillerson d’atterrir au Caire pour évoquer le même sujet, en profitant de sa tournée régionale au Proche-Orient. Le responsable américain qui fait donc escale en Égypte, où il a insisté sur “la nécessité de tenir l’élection présidentielle à la date fixée”, ont rapporté les médias locaux. Lors de sa conférence de presse conjointe avec son homologue égyptien Sameh Chokri, le chef de la diplomatie américaine a affirmé que Washington et Le Caire sont sur la même longueur d’onde concernant leur soutien au processus de paix onusien, estimant que “la tenue de l’élection présidentielle permettra la consolidation de la stabilité en Libye et la relance de l’économie libyenne”.  Comme l’Algérie qui insiste sur une solution politique du conflit, les deux diplomates, américain et égyptien, ont rappelé eux-aussi la nécessité d’une sortie de crise dans ce pays livré à l’anarchie et aux milices, depuis l’invasion de l’Otan en 2011, sous prétexte de mettre fin à la dictature de Mouaamar Kadhafi.


Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER