Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Situation des droits de l’Homme en Mauritanie

Interdiction d'une conférence de presse d’ONG à Dakar

Une conférence de presse sur la situation des droits de l'Homme en Mauritanie qui devait se tenir hier à Dakar a été “empêchée” par les autorités sénégalaises, ont dénoncé les ONG organisatrices, dont Amnesty International. La conférence de presse devait évoquer la “grave crise politique et sociale en Mauritanie” et les “maux dont souffre le pays”, parmi lesquels “l'esclavage, le racisme, la corruption généralisée et la répression brutale”, affirme un communiqué signé par Amnesty, l'ONG anti-esclavagiste en Mauritanie Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) ou encore la Ligue sénégalaise des droits de l'Homme. Mais elle “n'aura finalement pas lieu à la date et à l'endroit initialement retenus” — un hôtel de Dakar —, “les autorités mauritaniennes et sénégalaise n'y étant pas favorables”, ont expliqué hier ces ONG. Un porte-parole du gouvernement sénégalais n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter ces allégations. “Nous regrettons la décision qui a été prise par les autorités sénégalaises”, a déclaré à l'AFP l'avocat français William Bourdon. “L'amplification et l'aggravation de la répression en Mauritanie exigent évidemment une amplification de l'expression de tous ceux qui sont attachés au retour à l'État de droit et de la démocratie en Mauritanie”, a ajouté Me Bourdon, qui préside l'association anti-corruption Sherpa et fait partie de l'équipe des avocats de deux opposants au régime du président mauritanien Ould Abd El Aziz visés par un mandat d'arrêt international. Le chef de l'État mauritanien a entamé un bras de fer avec des sénateurs qui s'étaient opposés à son projet de réforme de la Constitution, finalement adopté début août lors d'un référendum boycotté par une partie de l'opposition. Le sénateur meneur de la fronde, Mohamed Ould Ghadda, a été arrêté pour une présumée affaire de corruption et inculpé en août. Douze autres sénateurs, quatre journalistes et deux syndicalistes ont été placés sous contrôle judiciaire dans le cadre de cette affaire.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER