Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

rdc - Ne pouvant pas se représenter à la présidentielle

Kabila désigne l'ex-ministre de l'Intérieur Shadary candidat

Le président congolais, Joseph Kabila, a désigné l'ex-ministre de l'Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary comme son dauphin à l'élection présidentielle prévue en décembre en République démocratique du Congo, a annoncé, hier après-midi, le porte-parole du gouvernement. M. Ramazani Shadary est allé immédiatement déposer son dossier de candidature au siège de la commission électorale, a ajouté le porte-parole Lambert Mende en conférence de presse. La clôture était fixée à 15h30 GMT. “Il s'agit du camarade Emmanuel Ramazani Shadary, secrétaire permanent du PPRD né en 1960 dans la province du Maniema (Est de la RDC) marié et père de huit enfants”, a déclaré M. Mende en présentant brièvement le “dauphin” du président Kabila, 47 ans, qui ne pouvait pas se représenter d'après la Constitution.
“M. Ramazani Shadary va représenter notre famille politique à l'élection présidentielle”, a ajouté M. Mende. “C'est le candidat derrière lequel nous allons tous nous aligner”, a-t-il insisté. M. Mende présentait la conclusion des consultations que le président Joseph Kabila Kabanga, autorité morale du Front commun pour le Congo, a menées pour dégager le nom de l'oiseau rare. M. Ramazani Shadary fait partie des personnalités congolaises frappées en 2017 par des sanctions de l'UE pour violations des droits de l'Homme.
Depuis presque deux ans, un bras de fer meurtrier a opposé le président Kabila à l’opposition qui lui interdit de briguer un troisième mandat consécutif. Après de nombreuses manifestations à Kinshasa et dans plusieurs villes du pays, dont certaines ont été violemment réprimées, le président s’est résolu à accepter de négocier avec l’opposition, sous-médiation régionale.
Il a ainsi fini par faire marche-arrière en s’abstenant de se représenter, mais cela ne l’a pas empêché de mettre des bâtons dans les roues contre les candidats pouvant gagner à la prochaine présidentielle.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER