Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Poursuite des troubles dans l’État Rakhine

La Birmanie accusée de vouloir empêcher le retour des Rohingyas

Des troubles se poursuivaient, hier, dans l'État Rakhine (ouest de la Birmanie), alors qu’une organisation de défense des droits de l'Homme a accusé l'armée birmane de provoquer des incendies dans la zone pour empêcher le retour des réfugiés musulmans rohingyas. Ces troubles interviennent alors que la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi avait assuré, mardi, qu'il n'y avait pas eu de combats depuis le 5 septembre et que l'opération de l'armée était terminée. Cette opération, déclenchée le 25 août après des attaques de rebelles rohingyas, a suscité l'exode en moins d'un mois de quelque 430 000 Rohingyas vers le Bangladesh. L'ONU a évoqué une épuration ethnique, alors que les membres de la minorité musulmane des Rohingyas, plus grande population apatride du monde (1,1 million de personnes), sont traités comme des étrangers en Birmanie à 90% bouddhiste. Dans un communiqué publié, hier, sur Facebook, le chef de l'armée birmane, le général Min Aung Hlaing, déclare que des militants rohingyas ont placé une mine artisanale qui a explosé, vendredi, devant une mosquée du village de Mi Chaung Zay dans la commune de Buthidaung. Jusqu’à maintenant, le gouvernement birman bloque l'accès à la zone de conflit, et il est difficile de vérifier les allégations de part et d'autre. Les troubles ont également suscité le départ de dizaines de milliers de bouddhistes et d'hindous. Les associations de défense des droits de l'Homme assurent toutefois disposer de preuves que l'opération de l'armée favorise l'expulsion systématique des Rohingyas. Amnesty International a fait état, vendredi, de nouvelles images vidéo et satellite confirmant que des incendies continuaient de dévaster des villages rohingyas. Hier, Human Rights Watch a répercuté des accusations selon lesquelles les forces de sécurité birmanes installaient des mines le long de la frontière avec le Bangladesh traversée par les réfugiés rohingyas. Selon des données gouvernementales birmanes, environ 40% des villages rohingyas dans le nord de l'État Rakhine ont été totalement abandonnés depuis un mois.


R.I/Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER