Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Sommet de Lomé des pays de l’Afrique Centrale et de l’Ouest

La caution totale de l’ONU au G5 Sahel demandée

Les pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale ont appelé l’ONU, lundi soir à Lomé (Togo), à soutenir pleinement la force multinationale du G5 Sahel pour lutter contre le terrorisme, lit-on dans la déclaration commune qui a sanctionné le Sommet conjoint des Chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (Ceeac). “Les deux organisations régionales demandent au Conseil de sécurité des Nations unies de placer la Force du G5 Sahel sous le chapitre 7 de la Charte des Nations unies en vue de lui assurer un financement pérenne et multilatéral”, a indiqué le communiqué final disponible sur le site de la Cédéao. Tout en saluant “l’engagement des pays membres de la Force multinationale mixte du Bassin du Lac Tchad et de la Force conjointe du G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme”, la Cédéao et la Ceeac en appellent aussi “dans un esprit de solidarité intercommunautaire, d’apporter un appui matériel, financier, technique et en renseignements aux forces armées des États engagés dans la lutte contre le terrorisme dans le Bassin du Lac Tchad et au Sahel”, lit-on encore dans ce texte. “Par ailleurs, les Chefs d’États et de gouvernement réaffirment leur détermination à prévenir et à lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent à travers notamment l’implication des leaders religieux et communautaires, des femmes, des acteurs du système éducatif et autres groupes concernés de la société civile dans l’élaboration et la mise en œuvre des programmes de dé-radicalisation, de réinsertion, de réintégration et de réconciliation”, ont ajouté les représentants des deux organisations régionales, dont certains pays membres ont été la cible d’attaques terroristes de groupes opérant dans le Sahel.


L. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER