Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

La Turquie riposte aux tarifs douaniers des états-Unis

La crise enfle entre Washington et Ankara

Le pasteur américain Andrew Craig Brunson (à droite), placé en résidence surveillée après un an et demi de détention en Turquie. ©D. R.

Cette crise diplomatique constitue une aubaine pour le président turc, Recep Tayyip Erdogan, sur le plan politique, car la chute de la monnaie locale avait déjà commencé bien avant les sanctions américaines.

La Turquie a annoncé hier l’augmentation de ses tarifs douaniers sur plusieurs produits fabriqués aux États-Unis, en réponse à la même décision prise par le président américain Donald Trump, dans un contexte de crise diplomatique et des tensions qui vont crescendo de jour en jour entre Ankara et Washington. Parmi les produits visés par cette forte hausse figurent les véhicules de tourisme, dont les tarifs douaniers s'élèvent désormais à 120%, certaines boissons alcoolisées (140%), le tabac (60%) ou encore le riz et des produits cosmétiques, soit l’équivalent de 533 millions de dollars, a rapporté l’AFP. Mais cela demeure insignifiant devant l’ampleur de la crise de la chute de la livre turque qui a perdu 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l’année, mais aggravée après les sanctions décidées par les États-Unis et l’augmentation des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium importés de Turquie. Pour rappel, Ankara exporte pour l’équivalent de 9 milliards de dollars, dont un milliard en acier et aluminium, contre 11 milliards de dollars d’exportations américaines vers la Turquie. Si la livre turque a repris un peu mardi et hier, une nouvelle baisse n’est pas à écarter, car la crise de la monnaie turque avait commencé bien avant le déclenchement de cette crise diplomatique, provoquée officiellement par la détention d’un pasteur américain, Andrew Bronson, accusé d’“espionnage” et de “terrorisme”. D’ailleurs, un tribunal truc a rejeté hier un recours du pasteur demandant la levée de son assignation à résidence, mais son avocat a indiqué à l'AFP qu'une autre cour allait étudier sa requête. À noter que le pasteur a passé un an et demi en détention avant son procès. Les États-Unis ont réclamé la libération immédiate de ce pasteur, mais ils ont reçu une fin de non-recevoir, ce qui les a amenés à prendre des sanctions financières contre deux ministres turcs proches du Président Erdogan. Cela a provoqué un enchaînement de réaction d’Ankara auxquelles a répondu Washington par des déclarations virulentes à l’encontre d’Erdogan qui connaît sa première crise de gouvernance depuis son arrivée au pouvoir en tant que Premier ministre durant onze ans et président depuis trois ans. Mais pour sortir de l’impasse, Erdogan joue la carte du chantage politique et économique, en menaçant de changer d’alliés, en référence à la sortie possible de la Turquie de l’OTAN et l’utilisation de sa monnaie dans ses échanges économiques avec certains pays. En effet, le président turc, qui s'est entretenu vendredi d'économie avec son homologue russe Vladimir Poutine, a reçu hier à Ankara l'émir du richissime Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani. La Turquie a déjà affiché ses ambitions d’adhérer aux BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), mais les pays membres ne veulent pas encore élargir leur groupe à d’autres pays.

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER