Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Rapport de l’Onu sur le Soudan du Sud

La faim a “atteint des niveaux sans précédent”

© D. R.

La faim a encore progressé début 2019 au Soudan du Sud, malgré la signature en septembre d'un accord de paix qui a très largement fait cesser les combats dans ce pays en conflit depuis 2013, ont averti plusieurs agences des Nations unies. “Chaque année (depuis le début du conflit), la faim atteint des niveaux sans précédent”, a déclaré Hsiao-Wei Lee, du Programme alimentaire mondial (PAM), lors d'une conférence de presse à Juba. 
L'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds de l'ONU pour l'enfance (Unicef) et le PAM ont estimé dans un communiqué que 6,96 millions de personnes, soit 61% de la population, auront atteint les niveaux 3, 4 et 5 d'insécurité alimentaire en juillet, au plus fort de la soudure, période située après l'épuisement des récoltes de la saison précédente et avant les nouvelles récoltes. Début 2019, ce chiffre était encore de 6,1 millions de personnes. “La soudure actuelle a débuté tôt en raison des stocks historiquement bas récoltés lors de la saison 2018 et a été prolongée par le retard des pluies saisonnières en 2019”, ont souligné les agences onusiennes. “Combiné avec l'instabilité économique, les effets du conflit, les déplacements de population et l'inflation galopante, entre autres, cela a contribué à (...) une réduction de l'accès à la nourriture”, a ajouté la même source. Le nombre de personnes ayant atteint le niveau 5 de la faim (le plus élevé) devrait atteindre 21 000 personnes, soit moins que les 30 000 constatés en janvier. “Avec une plus grande stabilité dans le pays, l'accès à ceux qui ont besoin d'aide s'est amélioré”, a souligné Mohamed Ag Ayoya, représentant de l'Unicef au Soudan du Sud, cité dans le communiqué. “Mais les niveaux de malnutrition restent critiques dans de nombreuses zones et nous craignons que la situation empire dans les mois à venir”. Mais selon Pierre Vauthier, directeur adjoint de la FAO au Soudan du Sud, ces 21 000 personnes risquent de se retrouver dans une situation de “famine” si rien n'est fait pour résoudre les causes de leur faim. Le Soudan du Sud, indépendant depuis 2011, a sombré dans la guerre civile en décembre 2013 lorsque le président Salva Kiir, un Dinka, a accusé Riek Machar, son ancien vice-président et membre de l'ethnie nuer, de fomenter un coup d'État. 
Le conflit a fait plus de 380 000 morts selon une étude récente, et poussé plus de quatre millions de Sud-Soudanais, soit près d'un tiers de la population, à quitter leurs foyers. Un accord de paix conclu en septembre 2018 a entraîné une forte décrue des combats, même s'ils n'ont pas complètement cessé.
 

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER