Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Afrique de l’est

La famine menace près de 17 millions de personnes

© D. R.

Des agences des Nations unies ont mis en garde mardi soir contre une éventuelle crise alimentaire en Afrique de l'Est, en particulier en Somalie, causée par la sécheresse. “Le PAM (Programme alimentaire mondial) est très préoccupé par la possibilité d'une augmentation rapide de la faim et de la malnutrition en Afrique de l'Est et dans la Corne de l'Afrique si les longues pluies actuelles sont insuffisantes”, a indiqué le porte-parole du PAM, Herve Verhoosel, lors d'un point de presse à Genève.

“L'impact principal du début tardif des pluies et du déficit pluviométrique prévu est que les terres cultivées seront réduites, que les agriculteurs et les négociants conserveront des stocks de nourriture, que les prix augmenteront en raison d'un approvisionnement limité et que les conditions de sécheresse augmenteront les besoins alimentaires de secours”, a-t-il averti. À la même occasion, le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Babar Baloch, a indiqué qu'à la veille de la Journée mondiale de l'environnement hier, le HCR demandait un soutien supplémentaire urgent pour aider les personnes déplacées par la sécheresse en Somalie.

Il a indiqué que les pluies inférieures à la moyenne ont provoqué une aggravation de la sécheresse dans de nombreuses régions du pays. Il a déploré que “la dernière sécheresse survient juste au moment où le pays commençait à se remettre d'une sécheresse de 2016 à 2017 qui a entraîné le déplacement à l'intérieur de la Somalie de plus d'un million de personnes”. De graves conditions climatiques combinées à un conflit armé et à des déplacements prolongés pourraient pousser le pays dans une situation d'urgence humanitaire beaucoup plus grave, a-t-il ajouté.

 

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER