Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Violents combats dans le croissant pétrolier

La Libye au bord de l’effondrement économique

Le croissant pétrolier libyen embrasé. © D.R.

Les terminaux de Ras Lanouf et Al-Sedra sont le théâtre, depuis jeudi, de violents combats qui causent des pertes considérables à l’économie libyenne, selon un communiqué publié hier par la compagnie nationale pétrolière NOC.

Les combats dans le croissant pétrolier libyen ont causé des dégâts très importants, particulièrement à la suite de la destruction par les incendies de deux réservoirs du port de Ras Lanouf, selon le communiqué de la compagnie nationale libyenne pétrolière NOC.
La même source, qui confirme l’arrêt des exportations de pétrole à partir de ce site, met l’accent également sur la réduction drastique de la production en hydrocarbures de la Libye. Les feux qui se sont étendus à plusieurs réservoirs ont fait que la capacité des réserves libyennes est passée de 950 000 à 550 000 barils au jeudi 14 juin, outre le risque de voir les conséquences s’alourdir davantage. La NOC estime les pertes à plusieurs centaines de millions de dollars, soit l’équivalent en volume d’exportations de 888 millions de dollars par jour.
La NOC s’inquiète notamment quant aux capacités de la Libye à reconstruire toutes installations pétrolières endommagées. Dans son communiqué, elle lance un appel aux milices pour qu’elles mettent fin aux combats et quittent le croissant pétrolier, car les conséquences de ces combats seront très lourdes pour l’économie libyenne et pour l’environnement. La compagnie NOC s’attend à un arrêt de la production dans cette zone pétrolière, même si la situation sécuritaire s’améliore dans les prochains jours.
Les médias libyens ont indiqué hier que des combats étaient en cours pour chasser des milices armées des sites pétroliers.
Citant des responsables sécuritaires locaux et des témoins, ces mêmes sources ont rapporté qu’au moins 34 personnes ont trouvé la mort au cours des affrontements dans le croissant pétrolier en Libye entre des milices armées et l’armée libyenne. “Le nombre de terroristes tués pourrait être plus élevé, car il y avait probablement des dizaines de terroristes sur les lieux qui ont été frappés lors d'un raid aérien ce soir. Ils ont été évacués rapidement et nous n'avons trouvé que les carcasses de leurs véhicules armés”, a déclaré le général Ahmed al-Mesmari, porte-parole de l’Armée nationale libyenne (ANL).
Rappelons qu’une coalition de milices armées appelée Brigades de défense de Benghazi (BDB), dirigée par Ibrahim Jadhran, qui commandait par le passé les Gardes des installations pétrolières (GIP) chargés de la sécurité du croissant pétrolier, a lancé, jeudi dernier, une offensive sur le croissant pétrolier. Il avait réussi à bloquer les exportations de pétrole depuis cette région durant deux ans avant d’en être chassé par l’ANL en septembre 2016.
En attendant une issue à ces combats, la Libye, qui produisait 1,6 million de b/j avant la chute de l’ancien régime en 2011, a vu sa production de brut divisée par cinq, avant de reprendre et de dépasser un million de b/j fin 2017. Selon la compagnie NOC, la production de pétrole pourrait chuter encore à 400 000 barils/jour.
Des difficultés financières en perspective pour les autorités libyennes à l’approche de l’organisation des élections générales prévues avant la fin de l’année en cours, selon ce qui a été convenu lors de la réunion de Paris.    

                                                                       
Merzak Tigrine

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 21/06/2018 à 14h03

Casser, brûler c'est facile par contre pour peindre un mur, il faut beaucoup de temps. Ces gens veulent tout casser comme en Syrie après ils iront dans un autre pays pour tout bousillé comme au (Yémen). Ils tournent en boucle et font le boulot demandé par les Saoudiens, Qatar, USA qui paient ces mercenaires afin de se débarrasser de ces voyous afin qu'ils ne viennent pas à Dubaï ou à Doha.

Commentaires
1 réactions