Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Contestation en Irak

La rue propose un nom pour le poste de Premier ministre

© D. R.

Des milliers de manifestants sont sortis hier encore en Irak bloquant,  les routes et fermant les administrations dans plusieurs villes du Sud, au moment où arrive à expiration le nouveau délai que s'est fixé le gouvernement pour  désigner un Premier ministre.

La candidature de Qoussaï al-Souheil, déjà membre du gouvernement démissionnaire, au poste de Premier ministre a été une nouvelle fois rejetée par les contestataires qui réclament depuis le 1er octobre le départ d'une classe politique inchangée depuis 16 ans. Hier, des centaines de manifestants ont scandé des slogans pro Abdel-Wahab Al-Saadi, un général que les contestataires voudraient voir à la tête d’un gouvernement de transition jusqu’à organisation de l’élection présidentielle anticipée. Selon plusieurs médias, beaucoup d’Irakiens voient en la personne du général Al-Saadi  un candidat de compromis capable d’ouvrir la voie à des solutions politiques servant la révolution dont la mobilisation reste intacte. 

Elle a pris la tournure d’une désobéissance civile généralisée depuis plusieurs semaines. Dans la nuit de samedi, des dizaines de manifestants ont coupé l'autoroute qui relie les villes du Sud à  Baghdad, selon des médias sur place. Hier, les manifestants à Diwaniya et Bassora, deux villes du Sud,  ont décrété “la grève générale” après près de trois mois de manifestations marqués par près de 460 morts et 25 000 blessés. “La révolution continue”, ont scandé hier les manifestants sur le  campement du centre de Diwaniya. Fin novembre, les manifestants s'étaient félicités de la démission du  gouvernement d'Adel Abdel Mahdi. 

À Kerbala et Najaf, les deux villes saintes chiites du pays, les étudiants et élèves en grève ont fait fermer toutes les écoles et se rassemblent par milliers, d'après les mêmes sources. À Nassiriya, les manifestants coupent de nouveaux les ponts ainsi que plusieurs axes et toutes les administrations sont restées fermées.

 

 


R. I./Agences



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER