Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Rabat accuse Téhéran d’armer le Front Polisario via le Hezbollah

La rupture irano-marocaine et le Sahara occidental

Bouchraya Bachir, représentant du Front Polisario en France. ©D. R.

Au-delà de l’alignement du Maroc sur la position des États-Unis et de l’Arabie Saoudite qui veulent étouffer l’Iran, Rabat tente d’échapper aux pressions de l’ONU concernant le dossier du Sahara occidental.

La crise diplomatique que le royaume du Maroc a fait éclater avec l’Iran, que Rabat accuse d’avoir armé le Front Polisario via le Hezbollah libanais, a fait réagir les dirigeants du Sahara occidental qui qualifient les accusations marocaines d’“allégations infondées” pour ne pas parler de “mensonges”. “Le Front Polisario défie officiellement le Maroc et son chef de la diplomatie à fournir la moindre petite preuve soutenant ces allégations infondées”, a déclaré Oubli Bouchraya Bachir, le représentant du Front Polisario en France, lit-on sur l’agence de presse sahraouie SPS. Tout en qualifiant les déclarations marocaines de “démarche opportuniste”, Oubi Bouchraya Bachir estime que le Maroc cherche à saper les efforts des Nations unies à rouvrir le dossier des négociations directes entre Rabat et le Front Polisario. Pour lui, le Maroc cherche à “se repositionner sur la carte politique internationale et régionale”, mais vise surtout “à se protéger des retombées de la dernière décision du Conseil de sécurité international qui l’oblige à avancer dans le processus de négociations pour le règlement du conflit au Sahara occidental”, lit-on encore sur SPS. “En réalité, l'objectif final de ces allégations marocaines est de se protéger des retombées de la décision du Conseil de sécurité international, adoptée récemment et portant prorogation du mandat de la mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum sur l'autodétermination (Minurso) de six mois, et qui est telle une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête du Maroc pour l'amener à avancer dans le processus de négociations”, a-t-il fait remarquer. Pour rappel, le Maroc a fait un véritable tapage médiatique à la veille de la présentation d’un rapport de l’ONU sur le conflit au Sahara occidental, en accusant le Front Polisario d’avancer ses troupes vers la zone tampon d’El-Guergarat, des allégations démenties aussi bien par les Sahraouis que par l’émissaire spécial du SG de l’ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler. Cette fois-ci, la montée de tensions entre l’Iran et les États-Unis, soutenus par leurs alliés du Golfe, a servi de prétexte pour associer Téhéran à cette nouvelle guerre diplomatique et médiatique contre le Front Polisario. Ne disposant que de six mois seulement pour se mettre à la table des négociations, le Maroc annonce ainsi la rupture des relations diplomatiques avec l’Iran, qu’il accuse d’armer le Front Polisario. Pis, Rabat accuse indirectement Alger de servir de relais dans cette étrange affaire, ce qui a fait réagir l’Algérie qui a convoqué l’ambassadeur marocain mercredi pour lui faire part de son rejet de telles accusations.

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 06/05/2018 à 8h02

Le Maroc est un pays interdépendant et non indépendant donc toujours sous la coupe de la France. Le Maroc veut juste livrer les richesses du Sahara aux grandes puissances afin d'asservir les populations locales. Avez vous déjà vu un américain ou un Français donné ses richesses à un maghrébin ? Jamais.

Commentaires
1 réactions