Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

L’ONU s’accorde sur un Pacte mondial sur les migrations

La situation des migrants demeure très critique

Une embarcation chargée de migrants en position de gîte. © D.R.

À l’exception des États-Unis, les pays membres de l’ONU ont finalisé vendredi le texte d’un Pacte mondial pour des migrations sécurisées et ordonnées, dans le but de négocier un accord couvrant toutes les dimensions des migrations au niveau international.

Devant la multiplication des naufrages d’embarcation transportant des migrants en mer Méditerranée, notamment en cette période estivale, et les pratiques inhumaines de l’administration Trump à séparer les familles de réfugiés de leurs enfants, les États membres de l’ONU ont affiché leur unité vendredi sur la question de l’immigration, qui divise l’Europe et brouille Washington avec l'Amérique latine, en approuvant la création d’un Pacte mondial non contraignant sur les migrations. Pour le porte-parole de l’ONU, “ce pacte démontre le potentiel du multilatéralisme : notre capacité à nous réunir sur des questions exigeant une collaboration mondiale, quelque compliquée et litigieuse qu’elle soit”.
Quant au secrétaire général des Nations unies, il a souligné que les migrants étaient un moteur de croissance remarquable car ils représentent un total de 250 millions de personne, soit 3% de la population mondiale, mais une contribution au produit intérieur brut mondial de 10%. Antonio Guterres avait indiqué jeudi que ses trois objectifs principaux dans la gestion de la question migratoire dans le monde étaient la reconfiguration des politiques nationales, la lutte contre le trafic d’êtres humains et l'accroissement des chances de migration légale. Cette démarche onusienne intervient au moment où un nouveau bras de fer concernant le sort de quelque 450 migrants opposait hier l’Italie à Malte après le transbordement de ces personnes sur deux navires militaires dans les eaux italiennes. Le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini a insisté auprès du chef du gouvernement Giuseppe Conte pour que les deux navires aient pour instruction de “faire route vers le Sud, la Libye ou Malte”. Pour rappel, une embarcation de bois avec 450 migrants à bord partis depuis la Libye a été repérée vendredi à l’aube dans les eaux internationales mais dans la zone d’intervention maltaise.
Pendant ce temps, les États-Unis poursuivent leur politique de “tolérance zéro” sur l’immigration illégale en séparant des enfants de leurs familles. Ainsi, les autorités honduriennes ont identifié plus de 450 enfants séparés de leurs parents par les services d’immigration américains. “Au 9 juillet, 459 mineurs honduriens avaient été séparés de leurs parents, selon les rapports officiels”, a annoncé le ministère des Affaires étrangères hondurien dans un communiqué. Rappelons que le gouvernement de Donald Trump avait ordonné le 7 mai dernier la séparation des parents et des enfants entrés sans papiers aux États-Unis, avant de renoncer à cette mesure fin juin, à la suite de pressions nationales et internationales.    


Merzak Tigrine

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER