Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / International

À l’issue de quatre mois de rudes négociations

L’Allemagne aura finalement son gouvernement

La chancelière allemande, Angela Merkel. ©D. R.

La question migratoire a été l’un des points d’achoppement lors des discussions entre Angela Merkel et les sociaux-démocrates, dans un contexte de montée du racisme et de la xénophobie en Allemagne.

Un accord a finalement été trouvé entre les conservateurs et les sociaux-démocrates en Allemagne pour la formation d’un nouveau gouvernement de coalition, après des négociations marathoniennes qui ont duré quatre mois, a annoncé Berlin hier matin, et qu’ont rapporté les agences de presse. À l’issue d’une dernière nuit de discussions, les conservateurs dirigés par la chancelière Angela Merkel ont fini par céder le ministère des Finances, leur chasse gardée depuis huit ans, aux sociaux-démocrates du SPD. Cela marque une rupture avec l'héritage du très orthodoxe Wolfgang Schäuble, conservateur et titulaire du poste pendant huit ans jusqu'à fin 2017. Ce ministère devrait revenir à Olaf Scholz, maire de la deuxième ville du pays, Hambourg, et figure respectée au sein du SPD, selon les médias. L'ancien président du Parlement européen et dirigeant social-démocrate, Martin Schulz, devrait quant à lui être appelé aux Affaires étrangères, selon les mêmes sources. Une volte-face pour celui qui, fin 2017, proclamait encore qu'il ne participerait jamais à un gouvernement d'Angela Merkel. Du coup, selon plusieurs médias, il devrait quitter la présidence du SPD un an seulement après y avoir été élu. Les sociaux- démocrates allemands conservent également le ministère des Affaires étrangères, du Travail, de la Famille, de la Justice et de l'Environnement, a confirmé cette même source. Les conservateurs bavarois (CSU) obtiennent notamment les ministères de l'Intérieur, des Transports et du Numérique, alors que la CDU de la chancelière prend entre autres la Défense, l'Économie, la Santé et l'Éducation, a rapporté l’AFP, citant les médias berlinois. “Nous avons un contrat de coalition” entre les démocrates-chrétiens (CDU/CSU) et les sociaux-démocrates du SPD, a annoncé le ministre des Finances et ministre de la Chancellerie, Peter Altmaier, à l'issue du dernier round de 24 heures de tractations sans interruption à Berlin. “Nous sommes satisfaits”, a indiqué de son côté Alexander Dobrindt, l'un des principaux négociateurs de la CSU, précisant que les dirigeants des trois partis impliqués dans les négociations, dont celui d’Angela Merkel, devraient s'exprimer devant la presse ultérieurement. Angela Merkel n'avait plus droit à l'erreur pour rester au pouvoir. Les élections législatives de septembre 2017, marquées par un repli des partis traditionnels et une percée de l'extrême droite, n'ont pas permis de dégager une majorité claire à la chambre des députés. Après un premier échec pour former une coalition hétéroclite avec les libéraux et les écologistes en novembre 2017, la chancelière, réduite à gérer les affaires courantes depuis octobre et qui a vu son étoile pâlir sur la scène internationale, était dans l'obligation de s'entendre avec le SPD, avec qui elle discutait depuis début janvier dernier. Les discussions ont longtemps buté sur le niveau des dépenses militaires mais surtout sur la réforme de l'assurance-maladie en Allemagne (pour réduire les inégalités entre médecine publique et privée) et du marché du travail. Le projet de contrat de coalition, dont l'AFP a obtenu copie, prévoit que le prochain mandat de quatre ans de la chancelière soit placé sous le signe de la relance de l'Europe.

L. M./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER