Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Venezuela

L’autre bataille diplomatique russo-américaine

À la campagne menée par les États-Unis pour obliger Nicolas Maduro à quitter le pouvoir au Venezuela, la Russie rétorque par un soutien sans faille au gouvernement en place à Caracas.  

Washington et Moscou ont trouvé en la situation prévalant au Venezuela, un autre champ de bataille pour se livrer un nouveau duel diplomatique sur la scène internationale. Diplomates américains et russes s’adonnent à une guerre sans merci pour imposer leurs vues diamétralement opposées sur la crise vénézuélienne. Alors que les États-Unis font le forcing pour imposer le président du Parlement, Juan Guaido, qui s’est autoproclamé chef d’État par intérim, la Russie crie à l’ingérence dans les affaires intérieures d’un État souverain et soutient le président élu, Nicolas Maduro. Cette bataille russo-américaine a connu son apogée la semaine écoulée au Conseil de sécurité des Nations unies, dont les membres se sont retrouvés avec sur la table deux projets de résolution, l’un présenté par Washington et l’autre soumis par Moscou, aux antipodes l’un de l’autre.
Alors que le projet américain exprime “le plein soutien” du Conseil à l'Assemblée nationale vénézuélienne, “seule institution démocratiquement élue au Venezuela”, le texte russe exprime “l’inquiétude” du Conseil face “aux menaces de recourir à la force contre l’intégrité territoriale et l’indépendance politique du Venezuela”. Il critique aussi “les tentations d’intervenir dans des sujets qui relèvent principalement d’affaires intérieures à ce pays”. Cette semaine, c’est la question de l’aide humanitaire, qui au centre du bras de fer entre les deux superpuissances. Alors que les tonnes de denrées alimentaires et médicaments envoyées par les États-Unis en soutien à Juan Guaido sont bloquées aux frontières du Venezuela par le gouvernement de Nicolas Maduro, ce dernie a annoncé par contre l’arrivée de 300 tonnes d’aide humanitaire expédiée depuis la Russie, la Chine, la Turquie et l’ONU. Washington et Moscou ont donc trouvé au Venezuela un autre terrain de confrontation, qui vient s’ajouter aux nombreux différends existant entre les deux pays depuis la fin de la guerre froide.
Il faut dire que ce ne sont pas les sujets de divergence qui ont manqué entre les États-Unis et la Russie ces dernières années, à commencer par l’Ukraine, la Syrie, les dossiers nucléaires iranien et nord-coréen, la situation en Libye.
L’Afrique est également une question de rivalité entre les deux puissances au vu des offensives diplomatiques lancées par les Russe et les Américains sur le continent pour s’introduire auprès des gouvernements des différents pays. Il est clair que la situation au Venezuela constitue une autre occasion pour les deux parties, dont la rivalité sur la scène internationale constitue une occasion, chaque fois, de faire étalage de leurs forces et influence.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER