Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Assassinat de représentants de l'État dans le nord

Le Burkina Faso va prendre des “dispositions sécuritaires”

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a promis, jeudi soir, de nouvelles dispositions sécuritaires dans le pays, après l'assassinat de représentants de l'État dans la région du Nord, frontalière du Mali, en proie à des attaques terroristes. “Des orientations ont été données aux différentes équipes et (...) des dispositions seront prises dès les semaines à venir pour assurer la sécurité des représentants de l'État parce que c'est impératif”, a assuré M. Kaboré, après une rencontre du Conseil supérieur de la défense et de la sécurité nationale. La réunion a porté notamment sur la situation sécuritaire du pays, particulièrement dans sa région du Nord, frontalière du Mali. “On a perdu des maires, des préfets, des citoyens (...), nous avons décidé de prendre le taureau par les cornes”, a-t-il expliqué. “Le président Kaboré, chef suprême des armées, a donné des indications pour réaménager les dispositions sur le terrain”, a confirmé à l'AFP le secrétaire général du ministère de la Défense, le colonel Théodore Palé, sans plus de détails. Longtemps épargné par les groupes armés actifs au Sahel, le Burkina Faso est confronté depuis 3 ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières dans le nord du pays. Lundi, le préfet de Oursi, une localité du Burkina Faso frontalière du Mali, a été abattu devant sa résidence par des terroristes présumés. Un bilan officiel a fait état de 133 morts dans 80 attaques dans cette région. À quoi s'ajoutent 3 attaques terroristes qui ont frappé la capitale, Ouagadougou, en 2 ans, et qui ont fait au total près de 60 morts. Ces derniers mois, une centaine de personnes ont été interpellées et des engins explosifs neutralisés au cours d'opérations de ratissage dans l'est et le nord du pays. Le gouvernement burkinabé a lancé en juin 2017 un Programme d'urgence (2017-2020), doté de 455 milliards de francs CFA (694 millions d'euros) pour améliorer la sécurité, l'éducation, la santé et l'approvisionnement en eau potable dans la région burkinabée du Sahel.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER