Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Il affirme que la formation du gouvernement prendra du temps

Le Hezbollah tient tête à la rue libanaise

© D.R.

La formation du gouvernement au Liban pourrait prendre du temps, a estimé vendredi soir le chef du Hezbollah, à trois jours de consultations parlementaires organisées pour nommer un Premier ministre dans un pays divisé et au bord de l'effondrement économique. Sous la pression de la rue, le Premier ministre Saad Hariri avait démissionné le 29 octobre, près de deux semaines après le début d'un mouvement de contestation populaire inédit, fustigeant toute la classe politique, accusée de corruption et d'incompétence. Les principaux partis du pays n'ont pas réussi à s'entendre sur un successeur, tandis que dans la rue les manifestants réclament un gouvernement composé de technocrates et d'indépendants qui ne seraient pas issus du sérail politique. Après plusieurs semaines de tergiversations, les consultations parlementaires exigées par la Constitution pour nommer un Premier ministre doivent se tenir lundi. Elles avaient été reportées d'une semaine après le retrait à la dernière minute d'un candidat potentiel. “Les consultations devraient avoir lieu lundi, nous espérons une nomination, celui qui aura le plus de voix sera désigné pour former le gouvernement”, a indiqué le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, dans une allocution retransmise à la télévision. “Mais la formation (du gouvernement) ne sera pas une opération facile”, a-t-il averti. “Jusqu'à maintenant, aucun nom ne suscite le consensus parmi les blocs parlementaires”, a-t-il ajouté. Le poste de Premier ministre est occupé par un sunnite. Le pays multiconfessionnel est régi par un système politique censé garantir un équilibre entre les différentes communautés. Mais cela ouvre la voie à des tractations interminables entre les grands partis. M. Nasrallah a estimé que les parlementaires nommeraient leur candidat pour le poste de Premier ministre “sans aucun consensus préalable”. “La situation actuelle nécessite la collaboration de tous”, a-t-il souligné. Le chef du Hezbollah a plaidé pour un gouvernement alliant toutes les forces politiques avec une représentation la plus large possible, sous la houlette de M. Hariri ou toute autre personne approuvée par le Premier ministre sortant. Plusieurs noms ont circulé ces dernières semaines, sans être retenus par les politiciens. Les candidats ont tous été rejetés par les manifestants.
 

R. I./Agences



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER