Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Crise migratoire en Amérique latine

Le Venezuela prié d’accepter l'aide humanitaire

Onze pays d'Amérique latine réunis pour la première fois sur la crise des migrants vénézuéliens ont appelé, mardi, Caracas à accepter l'aide humanitaire pour faire face à cet afflux qui déstabilise les capacités d'accueil de la région.
Le pouvoir chaviste a rapidement réagi, qualifiant cette réunion de “honteuse” et “écœurante”, par la voix du président de l'Assemblée constituante Diosdado Cabello. Les représentants de ces pays réunis, pendant deux jours en Équateur, ont lancé un appel pour l'ouverture d'un mécanisme d'assistance humanitaire afin de soulager la crise, en portant une attention immédiate aux citoyens touchés, selon le texte, qui n'a pas été signé par la Bolivie, alliée de Caracas. La République dominicaine, seulement représentée par un conseiller de son ambassade, devait quant à elle signer le texte prochainement. Treize pays - Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Costa Rica, Chili, Équateur, Mexique, Panama, Paraguay, Pérou, République Dominicaine et Uruguay - participaient, depuis lundi, à cette réunion inédite, lancée à l'initiative du gouvernement équatorien.
Le Venezuela, de plus en plus isolé sur le continent du fait de la politique du président socialiste Nicolas Maduro et des atteintes aux droits de l'homme dénoncées par son opposition ainsi que par l'Organisation des États américains (OEA), était invité, mais n'avait pas répondu présent. Les pays, dont certains sont touchés par l'exode massif de Vénézuéliens en raison de la grave crise économique qui affecte le pays, ont demandé à Caracas de garantir aux Vénézuéliens qui émigrent la possibilité d'obtenir une carte d'identité ou un passeport. Les participants sont également tombés d'accord pour s'entraider concernant leurs propres ressortissants présents au Venezuela.  


R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER