Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Plus de 700 arrestations en Tunisie depuis le début des troubles

Légère accalmie, mais la rue gronde toujours !

Des centaines d’arrestations enregistrées ces dernières 24 heures en Tunisie. © D.R.

Même si certaines régions de Tunisie n’ont pas enregistré de troubles jeudi, le calme n’est pas entièrement revenu, comme en témoigne l’arrestation de plus de 150 personnes ce jour-là, portant le total à 778.

“Aucun acte de pillage et de saccage ni des dommages dans les rangs des forces de l'ordre et de leur équipement, n'a été enregistré durant la nuit de jeudi”, déclaré hier le porte-parole du ministère tunisien de l’Intérieur le colonel-major Khalifa Chibani. La situation est restée calme à Kasserine, Thala et à Sidi Bouzid, dans le centre défavorisé du pays, ainsi qu’à Tebourba, ville à 30 km à l’ouest de la capitale, marquée par de nombreuses manifestations et heurts ces derniers jours, d’après les correspondants de l’agence AFP et de médias locaux. La banlieue de Tunis est aussi restée calme dans la nuit de jeudi à vendredi. En dépit de cela, le nombre de personnes interpellées et placées en garde à vue depuis lundi est passé à 778, pour “actes de vandalisme et de pillage commis dans plusieurs régions de la Tunisie”. “Les interpellés ont été placés en garde à vue après consultation du parquet”, a affirmé le porte-parole du ministère tunisien de l’Intérieur à l’agence officielle tunisienne de presse TAP. Ce dernier a précisé au passage que “parmi les gardés à vue, se trouvent 16 éléments takfiristes”, avant d’ajouter que “les actes de vandalisme ont baissé de façon remarquable durant la nuit dernière”. La même source a révélé que “parmi les éléments takfiristes arrêtés durant la période passée (16), certains sont soumis à une mesure d'assignation à résidence”, car a-t-il ajouté “ils sont impliqués dans des actes de pillage et de vandalisme dans plusieurs régions du pays”. Selon lui, les arrestations de personnes impliquées dans des actes de pillage, d’attaques contre des biens publics, d’incendies et de barrages routiers se sont poursuivies. Au moins 151 personnes ont été arrêtées jeudi et placées en garde à vue après consultation du parquet. Le ministère tunisien de l’Intérieur a indiqué qu’environ 54,95% des interpellés sont âgés de 21 à 30 ans. Plus de 31% ont entre 15 et 20 ans. Pour le reste des catégories d'âge: ils ont entre 31 et 40 ans (11,71%) et plus de 40 ans (1,8%), selon la même source. Selon cette source, 97 agents de sécurité ont été blessés ces derniers jours. Quelque 88 véhicules de police ont été endommagés au cours de ces incidents. Des postes de police ont été incendiés à El Ktar (Gafsa), Thala (Kasserine), de même que le bureau du commissaire de police d'El Battan (Manouba). Par ailleurs, le  ministre tunisien de l’Agriculture des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taïeb a indiqué que les manifestations contre la cherté de la vie que connaît actuellement la Tunisie ne sont pas dues aux dernières mesures inscrites dans la loi des finances (LF) de l’année 2018.
Réuni jeudi, à Tunis, avec le ministre chargé des Relations avec les Instances constitutionnelles et la société civile, Mehdi Ben Gharbia, et celui des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, ainsi que des représentants de la société civile et des droits de l’homme à l'occasion d’une réunion de concertation, M. Taïeb a précisé que le gouvernement n’a pas recouru à “des solutions faciles et mesures populaires”, lors de l’élaboration de la loi de finances pour l'exercice 2018.


Merzak T./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER