Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Maroc

Les Amazighs, victimes de la discrimination raciale

© D. R.

Les Nations unies ont appelé le Maroc à s’acquitter de ses obligations d’éliminer la discrimination raciale envers la communauté amazighe et les migrants, affirmant que les engagements de Rabat en matière des droits de l’homme resteront “lettre morte en l’absence d’un cadre juridique et politique national”. Dans un rapport adressé au Conseil des droits de l’homme, la rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance déplore : “Contrairement aux recommandations formulées par diverses parties prenantes internationales et nationales, le Maroc ne dispose pas d'une législation complète contre la discrimination ou d'une loi spécifique interdisant la discrimination raciale.” 

“L’égalité en droit n’assure pas l’égalité de fait”, a rappelé la rapporteuse. Selon l’experte onusienne, “la discrimination persistante à l’encontre des communautés amazighes souligne davantage les carences légales”. Ces groupes autochtones, a-t-elle poursuivi, sont victimes de discrimination, de l’exclusion structurelle et des stéréotypes racistes du fait de leur langue et de leur culture. “Les femmes amazighes ont signalé qu’elles faisaient face à des formes multiples et inter-sectionnelles de discrimination en raison de leur genre et de leur identité amazighe”, a précisé Mme Achiume. L’experte des Nations unies a appelé Rabat à “garantir immédiatement aux individus avec un héritage amazigh la jouissance de leurs droits, notamment l’égalité d’accès à la justice, la liberté d’opinion et d’expression, la liberté de réunion pacifique et d’association, ainsi que les droits économiques, sociaux et culturels”.

Elle a également soutenu une adoption immédiate de la loi organique nécessaire à la mise en œuvre de l’article 5 de la Constitution marocaine, relatif au statut de langue officielle de la langue amazighe. En parallèle, la rapporteuse a estimé que davantage de réformes sont nécessaires pour assurer aux migrants et aux réfugiés le droit à l’égalité raciale et le droit à la non-discrimination raciale. “Même si la loi et les politiques nationales garantissent un échantillon de droits aux migrants et aux réfugiés sur une base égale dans tous ces contextes, les violations persistantes des droits et la discrimination restent un obstacle clé à l’intégration”, a-t-elle expliqué. Mme Achiume s’est dite aussi préoccupée par les informations reçues sur des déplacements forcés, des évictions et des profilages raciaux et d’autres formes de discrimination contre les populations migrantes et réfugiées. 

 

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER