Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

À l’issue de leur dixième sommet en Afrique du Sud

Les BRICS pour un nouvel ordre mondial

Le groupe des BRICS composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud. © D.R.

La volonté d’hégémonisme des États-Unis sous la direction de Donald Trump, y compris sur ses alliés européens, pèse sur la sécurité mondiale, ce à quoi les pays du BRICS veulent riposter mais de manière pacifique.

Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) veulent franchir le pas vers une coopération qui dépasse le secteur économique et envisageraient de mettre en place un “Forum des services de renseignements”, à en croire le discours tenu par le secrétaire du Conseil de sécurité russe, lors du dixième sommet de ce forum qui s’est tenu de mercredi à vendredi à Durban, en Afrique du Sud. “Il ne serait pas exagéré de dire que la stabilité régionale, mais également mondiale, dépend de la capacité des BRICS à régler rapidement les questions évoquées aujourd'hui. Il reste de nombreuses lignes de démarcation dans le monde, limitant les capacités de développement non seulement des cinq États membres, mais également de toute l'humanité”, a déclaré le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, lors d’une réunion des représentants du secteur de la défense des pays membres, a rapporté un quotidien russe en ligne Vzgliad. “Les Occidentaux, USA en tête, arguent que l'abandon de l'ordre mondial libéral conduirait au chaos. Ils utilisent différents moyens de pression pour faire passer cette idée : économique, médiatico-psychologique et militaro-politique”, a ajouté le représentant russe, affirmant “cependant (que) cette tâche ne peut pas être réglée tant que la communauté mondiale ne sera pas unanime sur plusieurs autres questions cruciales soulevées pendant la réunion”. Et d’expliquer : “Tant que des foyers de conflit persisteront dans chaque région du monde et que certains acteurs continueront de remplir leurs propres objectifs géopolitiques sans tenir compte des intérêts d'autres pays, la pertinence des décisions communes des BRICS ne fera que grandir.” Mais une des actions concrète d’un des membres des BRICS, en l’occurrence la Russie, c’est la signature d’accords de coopération militaire avec seize pays d’Afrique, alors que l’Inde a annoncé un plan d’ouverture de seize représentations diplomatiques en Afrique. De son côté, la Chine a déjà un pied à terre sur une majorité du continent africain, où elle soumet les États-Unis, mais aussi les anciennes puissances coloniales européennes à une rude concurrence. Par ailleurs, les tensions commerciales font aussi partie des préoccupations des BRICS qui ont dénoncé la politique de protectionnisme américaine de Donald Trump. Dans une déclaration commune, les présidents russe Vladimir Poutine, chinois Xi Jinping, sud-africain Cyril Ramaphosa, brésilien Michel Temer et le Premier ministre indien Narendra Modi ont fait part de leur “inquiétude concernant les effets des mesures de politique macro-économique prises dans certaines grandes économies avancées”. Ces mesures “peuvent causer une volatilité économique et financière dans les économies émergentes et avoir un impact sur leur perspective de croissance”, ont-ils prévenu. “Le système de commerce multilatéral fait face à des défis sans précédent”, ont-ils encore relevé, “soulignant l'importance d'une économie mondiale ouverte qui permette à tous les pays et tous les peuples de partager les bénéfices de la mondialisation”. Les cinq pays émergents ont également demandé “à tous les membres de l'Organisation mondiale du commerce de respecter les règles de l'OMC et d'honorer leurs engagements dans un système de commerce multilatéral”. “Le sommet des BRICS n'était pas un simple lieu de discussion, mais un forum de cinq pays déterminés à agir, ajoutant que les pays des BRICS travailleraient ensemble pour se positionner à la pointe de la 4e révolution industrielle”, a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa, lors de la conférence de presse à l'issue du rendez-vous. “Le groupe des BRICS est bien vivant et il a un impact sur la population dans son ensemble”, a-t-il souligné.


Lyès Menacer

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER