Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Accord nucléaire iranien

Les enjeux d’une bataille à l'ONU

Les Européens, France en tête, veulent tenter à l'ONU de sauver l'accord nucléaire iranien de 2015, menacé par le président américain Donald Trump qui ne dissimule pas son hostilité envers un texte pourtant considéré comme crucial dans la lutte contre la prolifération.
Le Président américain est sollicité de toutes parts à ce sujet. À l'occasion de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU, cette semaine, il a d'abord rencontré, lundi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a réitéré son aversion pour l'épouvantable accord nucléaire avec l'Iran, dont il réclame l'annulation, ou a minima la révision. M. Trump s'est ensuite entretenu avec son homologue français Emmanuel Macron, qui à l'inverse a tenté de le convaincre de ne pas remettre en cause un accord qualifié d'historique lors de sa signature en 2015. Dans un contexte explosif, notamment, avec la crise nord-coréenne, “cela ouvrirait une boîte de Pandore”, a expliqué l'entourage du Président français, qui entretient une relation amicale avec le bouillant milliardaire.
L'accord de Vienne, conclu le 14 juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances (États-Unis, Royaume-Uni, France, Chine, Russie et Allemagne) est pourtant plus que jamais remis en cause par Donald Trump, qui le qualifie d'horrible et a promis de le déchirer. Arraché après plus d'une décennie de négociations sous tensions et entré en vigueur en janvier 2016, cet accord garantit la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien, en échange d'une levée progressive des sanctions internationales. Or une échéance cruciale s'approche:
Donald Trump doit certifier, mi-octobre, auprès du Congrès que Téhéran se conforme bien à ses engagements, et certaines de ses déclarations laissent penser qu'il pourrait décider de ne pas le faire. Cette non-certification, qui irait à l'encontre des conclusions de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) selon laquelle Téhéran respecte ses engagements, ouvrirait la voie à une réimposition des sanctions américaines. Et inquiète au plus haut point les autres signataires du texte de 2015. “L'accord n'appartient pas à un pays ou un autre, il appartient à la communauté internationale”, a ainsi martelé la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. “Si Trump ne certifie pas, l'accord sera en très grand danger. On peut toujours arguer juridiquement qu'il n'est pas mort, mais politiquement, ce sera un signe fort”, estime un haut diplomate européen. La France, qui avait été l'un des pays les plus durs dans la négociation avec Téhéran, n'a cependant pas fermé la porte à une éventuelle discussion sur “l'après 2025”.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER