Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Treizième samedi de manifestation en France

Les “gilets jaunes” ne décolèrent pas

Des “gilets jaunes” à la place Charles-de-Gaulle. © d.r.

Les premiers heurts ont eu lieu au niveau de l’avenue Montaigne et des Champs-Élysées, avant un relatif retour au calme en milieu d’après-midi.

De violents heurts ont opposé hier à Paris les “gilets jaunes” aux forces de sécurité qui ont réprimé, pour le treizième samedi consécutif, les manifestations de ce mouvement, a-t-on constaté, alors que les médias français ont affirmé qu’un manifestant a eu la main arrachée devant le siège de l’Assemblée nationale. L’information a été confirmée par l’AFP et les images diffusées par la chaîne de télévision russe RT France.
La cause de la blessure n'était pas connue dans l'immédiat. Mais selon un témoin direct qui a filmé la fin de la scène, Cyprien Royer, il s'agit d'une grenade de désencerclement lancée par les forces de l'ordre, alors que des manifestants tentaient d'enfoncer les palissades protégeant l'entrée de l'Assemblée nationale. “La victime est un photographe “gilet jaune” qui prenait des photos des gens en train de pousser les palissades de l'Assemblée nationale à la mi-journée”, a rapporté cet homme de 21 ans, dont l'AFP a pu visionner les images. “Quand les flics ont voulu disperser les gens, il a reçu une grenade de désencerclement au niveau de son mollet, il a voulu mettre un coup de main dedans pour ne pas qu'elle explose vers sa jambe et elle a pété quand il l'a touchée”, a affirmé M. Royer. Pour l’“Acte XIII” de ce mouvement, les manifestants ont vainement tenté d’accéder au siège de l’Assemblée nationale, mais ils ont tenu aussi des rassemblements à travers plusieurs endroits de la capitale, où des accrochages ont encore eu lieu avec les forces de l’ordre qui ont usé (encore !) de gaz lacrymogènes et de la matraque, blessant de nombreuses personnes. Sur les images diffusées à travers les réseaux sociaux (facebook, twitter), des “gilets jaunes” avaient la tête bandée. Les premiers heurts ont eu lieu au niveau de l’avenue Montaigne et des Champs-Élysées. À Toulouse, un des foyers de la contestation contre la gouvernance Macron, les “gilets jaunes” ont été au rendez-vous aux cris “Toulouse, Toulouse soulève-toi”, a rapporté Radio France Bleu. À Mulhouse, dans le Haut-Rhin, un rassemblement régional a aussi eu lieu, selon les médias locaux. Pour le treizième samedi consécutif, les “gilets jaunes” ont demandé “Macron, démission”, dénonçant surtout son controversé ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, dont les déclarations à propos de ces évènements ont quelque part attisé le feu de la contestation. À noter que des casseurs se sont attaqués aux devantures de plusieurs banques à Paris et ont détruit des abribus, ont rapporté plusieurs sources. Des dizaines de personnes ont été interpellées, dont des “gilets jaunes”, ont ajouté les mêmes sources. Alors que le président français Emmanuel Macron continue ses rencontres dans le cadre du “Grand débat national”, le mouvement des “gilets jaunes” ne semble pas près de renoncer à ses revendications sociales qui, au fil du temps, ont viré vers un combat politique, dont le mot d’ordre est le départ du gouvernement. Au-delà des tentatives de récupération et de discrédit qui ont émaillé ces manifestations, le mouvement des “gilets jaunes” continue d’être l’expression d’une grande partie des Français que les politiques libérales des précédents et de l’actuel gouvernement ont laissés sur le carreau.


Lyès Menacer/Agences

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER