Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Sur fond d’agression turque dans le nord de la Syrie

Les Kurdes syriens invités au Congrès de paix de Sotchi

Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Russie. ©D. R.

Alors que le président turc a réaffirmé sa détermination à poursuivre sa guerre d’agression à Afrine, le Conseil de sécurité de l’ONU est convoqué pour statuer sur le sujet.

Moscou, qui prépare la tenue du Congrès sur la paix en Syrie, prévue le 30 janvier à Sotchi, a adressé hier une invitation aux Kurdes pour qu’ils participent à ce rendez-vous. L’annonce a été faite par le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov malgré les réticences exprimées par la Turquie à ce sujet. “Il ne fait aucun doute que le rôle des Kurdes dans le processus ultérieur du règlement politique doit être garanti”, a affirmé le ministre russe des Affaires étrangères, qui a notamment précisé : “C’est pourquoi des représentants kurdes ont été inclus dans la liste des Syriens invités au Congrès du dialogue national syrien à Sotchi.” À noter que le Congrès visant à réunir des représentants du gouvernement syrien et de l’opposition en vue de chercher une solution pacifique du conflit syrien est organisé à l’initiative de la Russie et de l’Iran, ainsi que de la Turquie.
Sergueï Lavrov a mis à profit l’occasion pour accuser les États-Unis d’encourager le séparatisme kurde avec son projet d'entraîner une force composée, notamment, de combattants kurdes dans le nord de la Syrie. “Soit les Américains ne comprennent pas la situation, soit il s’agit d’une provocation en toute connaissance de cause”, a déclaré Lavrov, qualifiant le projet de la coalition internationale de grossière ingérence dans les affaires intérieures de la Syrie. La coalition internationale antiterroriste menée par Washington a annoncé, dimanche, qu’elle œuvrait pour la création d’une force frontalière dans le nord de la Syrie composée de 30 000 hommes, dont près de la moitié issue des rangs des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes à la pointe de la lutte contre l’organisation terroriste autoproclamée État islamique. Le Pentagone a assuré depuis qu’il ne s’agissait pas d’une nouvelle armée, mais seulement d’un entraînement des forces locales de sécurité.
Par ailleurs, beaucoup de développements ont été enregistrés hier dans la gestion de la crise syrienne, dans un contexte marqué par une nouvelle opération militaire meurtrière turque dans le nord de la Syrie. Malgré la convocation, pour hier en fin de journée d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU à la demande de la France pour évoquer l’aggravation de la situation dans le nord de la Syrie, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé hier qu’il ne fera pas marche arrière dans cette guerre qu’il mène contre les Kurdes dans le nord de la Syrie et qui a fait des dizaines de victimes civiles, en majorité des femmes et des enfants. “La question d'Afrine sera réglée, il n'y aura pas de marche arrière à Afrine. Nous en avons parlé avec nos amis russes, nous avons un accord”, a déclaré le chef de l’État turc dans un discours à Ankara.
Il y a lieu de rappeler que des chars et de l’infanterie turcs ont pénétré, dimanche, dans le nord de la Syrie pour en déloger une milice kurde, tandis que des roquettes se sont abattues sur des villes turques frontalières, malgré les appels adressés par Washington et Paris à Ankara pour qu’elle fasse preuve de retenue.

Merzak Tigrine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER