Scroll To Top

A la une / International

Des États de l'UE partagés entre le report ou le maintien de leur expulsion

Les migrants afghans, entre les talibans et les lois européennes

Des familles réfugiées ayant fui les combats entre les talibans et les forces afghanes. © D.R

Six États membres de l'Union européenne ont adressé une lettre à la Commission européenne lui demandant de ne pas suspendre les expulsions de migrants afghans. 

Les promesses américaines de trouver des pays tiers pour accueillir les migrants afghans a sonné comme un feu vert pour les talibans pour lancer leur offensive pour reprendre le terrain laissé par les soldats US et occuper si possible l’ensemble du pays. Des illusions pour ces Afghans partis dans leur majorité en Europe où il est devenu plus facile de se rapprocher de son expulsion que d’être admis comme réfugié. Le débat actuel n’est pas autour du sort de ces migrants mais simplement autour du report de leur expulsion ; report qui ne fait d’ailleurs pas l’unanimité au sein de l’Union. 

Alors que les combats s'intensifient en Afghanistan, six États membres de l'UE ont adressé une lettre à la Commission européenne lui demandant de ne pas suspendre les expulsions de migrants afghans, ont annoncé plusieurs gouvernements hier mardi. Les gouvernements belge, danois, allemand, grec, néerlandais et autrichien ont affirmé que les renvois de migrants afghans devraient être maintenus, malgré l'appel de Kaboul à les suspendre. “Ce n'est pas parce que les régions d'un pays sont dangereuses que chaque ressortissant de ce pays a automatiquement droit à une protection”, a déclaré sur Twitter Sammy Mahdi, secrétaire d'État à l'Asile et la Migration en Belgique. Le ministère de la Justice néerlandais a indiqué que les Pays-Bas ne souhaitaient pas non plus suspendre les expulsions, tout en assurant que “les développements en Afghanistan sont suivis de près”. 

Le ministre danois de l'Immigration Mattias Tesfaye s'est pour sa part déclaré “heureux”, dans un communiqué, qu'un groupe de ministres se soit mis d'accord pour contacter la Commission en vue d'ouvrir un dialogue avec le gouvernement afghan. La Commission européenne a confirmé à l'AFP avoir reçu cette lettre et indiqué qu'elle y répondrait “en temps voulu”. Les talibans ont lancé début mai une large offensive contre les forces afghanes, à la faveur des opérations de retrait définitif des forces internationales d'Afghanistan, prévu pour s'achever fin août. Avançant à un rythme effréné, les talibans contrôlent désormais cinq des neuf capitales provinciales du Nord (six sur 34 au total dans tout le pays) et des combats sont en cours dans les quatre autres.

Le gouvernement de Kaboul avait en juillet appelé les pays européens à cesser durant les trois prochains mois d'expulser des migrants afghans. La Suède et la Finlande avaient suspendu les renvois en Afghanistan à la suite de cet appel. La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) avait en outre appelé la semaine dernière l'Autriche à reporter l'expulsion d'un Afghan en raison de la dégradation des conditions de sécurité. Les Afghans constituaient en 2020 10,6% des demandeurs d'asile dans l'UE (un peu plus de 44 000 sur quelque 416 600 demandes), le deuxième contingent derrière les Syriens (15,2%), selon l'agence statistique de l'UE, Eurostat. 

 


AFP 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER